La Centrafrique dénonce le bombardement d’un camp de militaires par un avion étranger

0
555
Armée Centrafrique
Le gouvernement de la Centrafrique a confirmé lundi le bombardement d’un camp militaire par un avion étranger non identifié.

Il s’agit de la première fois qu’une attaque présumée par un avion hostile survient depuis le début de la guerre civile en 2013.

Le gouvernement de la Centrafrique a confirmé lundi le bombardement d’un camp militaire par un avion étranger non identifié. Selon les autorités en charge de la Défense, l’appareil aurait largué des explosifs dans la ville de Bossangoa, prenant pour cible des bases militaires et une usine de coton. L’attaque a causé d’énormes dégâts matériels, sans perte en vies humaines.

Lire aussi: Nigeria : une nouvelle attaque terroriste fait au moins 11 victimes dans le nord-est

« Cet aéronef, après avoir commis ces forfaits (…) a pris la direction du nord (…) avant de traverser nos frontières », a déclaré le gouvernement centrafricain. Une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités de « cet acte ignoble perpétré par les ennemis de la paix (qui) ne saurait rester impuni », a-t-il ajouté.

Il s’agit de la première fois qu’une attaque présumée par un avion hostile survient depuis le début de la guerre civile en 2013. Elle a été perpétrée en plein milieu de la nuit de dimanche à lundi, peu avant 3 h du matin.

Cet incident survient dans un contexte de crise diplomatique entre le Tchad et la Centrafrique. Cette dernière reproche à N’Djamena de laisser des groupes armés utiliser son territoire comme base de repli et d’avoir accordé l’asile à l’ex-Président François Bozizé. Fin mai 2021, le Tchad avait accusé l’armée centrafricaine d’avoir tué six de ses soldats. Quelques mois plus tard, en décembre 2021, des militaires des deux pays avaient échangé des tirs de part et d’autre de la frontière.

Lire aussi: RDC : Une attaque à Misia fait 16 morts et 25 disparus