Le Kenya augmente le salaire minimum de 12 % pour atténuer l’impact de l’inflation

0
1243
Président-Kenya
Le président kényan, Uhuru Kenyatta

Au Kenya, le salaire minimum sera revu à la hausse, pour aider les travailleurs à faire face à l’augmentation des prix des denrées alimentaires.

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a annoncé une augmentation du salaire minimum de 12 %, à compter du 1er mai. Cette décision vise à protéger les travailleurs contre une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat.

Au cours des trois dernières années, le coût de la vie a significativement augmenté au Kenya avec des taux d’inflation allant de 5 à 6 % par an. Cependant, aucune révision du salaire minimum n’a été effectuée pour permettre aux travailleurs de faire face à la crise.

« Suite aux recommandations de divers acteurs, nous estimons qu’il est impératif de revoir le salaire minimum afin de protéger nos travailleurs contre une nouvelle érosion de leur pouvoir d’achat, tout en garantissant la compétitivité de notre économie », a déclaré Uhuru Kenyatta.

Lire aussi : Le FMI annonce un décaissement de 244 millions $ en faveur du Kenya

Des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat

La crise ukrainienne en cours alimente l’inflation au Kenya. Comme dans la plupart des pays, elle a causé une flambée des prix des huiles végétales, du blé, des engrais et du carburant.

Selon Uhuru Kenyatta, le gouvernement prend des mesures pour protéger les personnes vulnérables. Citant le coût du carburant comme exemple, il a indiqué que des subventions ont été instaurées sur les prix de l’essence, du diesel et du kérosène. « Le gouvernement a dû payer 29 shillings par litre à titre de subvention. Nous avons également subventionné le diesel et le kérosène. Actuellement, notre prix à la pompe diesel est de 125,5 shillings le litre ; le prix le plus bas du diesel dans la région », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Le Kenya souffre de pénuries de carburant alors que le gouvernement retarde les subventions