Guinée-Bissau : le FMI accorde 3,15 millions de dollars en réponse aux défis économiques

0
299
FMI
Le FMI accorde 3,15 millions de dollars à la Guinée-Bissau pour stimuler son économie en pleine tourmente.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé la deuxième revue de l’accord en faveur de la Guinée-Bissau au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Ce financement vise à soutenir l’économie du pays face aux pressions dues à la crise en Ukraine, à l’augmentation des coûts de la vie et aux effets continus de la pandémie.

Le Conseil d’administration du Fonds Monétaire International (FMI) a annoncé son soutien continu à la Guinée-Bissau en approuvant une nouvelle aide au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Cette décision intervient dans un contexte international délicat, marqué par la guerre en Ukraine et l’impact de la pandémie de COVID-19. Cela a été accentué également par une flambée des prix des produits alimentaires et pétroliers.

Cette tranche approuvée est d’une valeur de 2,37 millions de DTS (environ 3,15 millions de dollars). Elle vise à répondre aux besoins de financement urgents. Il s’agit principalement de la balance des paiements et du budget du pays. Ils seront tous stabilisés grâce au nouveau financement de l’institution de Bretton Woods.

Lire aussi : Guinée-Bissau: la BAD octroie 6 millions € aux acteurs des filières cajou, fruits et légumes

Croissance de 4,2 % en 2022 malgré les pressions multiples

La situation socio-économique de la Guinée-Bissau a été mise sous pression en raison de facteurs multiples, notamment la baisse des exportations de noix de cajou et les conséquences économiques des tensions mondiales. Malgré ces défis, l’économie a enregistré une croissance de 4,2 % en 2022 et prévoit d’atteindre 4,5 % en 2023. Cependant, le rythme de la reprise reste modéré, ce qui nécessite des mesures de stabilisation et de réforme économique. Mais il devrait assurer une croissance inclusive.

Le gouvernement guinéen s’est engagé à mettre en œuvre un programme de réforme ambitieux, visant à rééquilibrer les finances publiques tout en favorisant la croissance et en préservant la viabilité de la dette. Cette démarche est essentielle pour attirer un soutien accru des bailleurs de fonds et maintenir la stabilité économique à long terme. Le FMI a souligné que cinq des huit critères de performance quantitatifs pour mars 2023 ont été atteints, et que des mesures correctives sont en cours pour les objectifs restants.

Mesures envisagées pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption

Le Conseil d’administration a également mis l’accent sur la nécessité de renforcer la gouvernance et de lutter contre la corruption. Les autorités ont déjà pris des mesures en ce sens. C’est le cas principalement de la publication des informations sur l’audit des dépenses liées à la COVID-19 et les audits prioritaires supervisés par la Cour des comptes. Pour garantir une gestion budgétaire efficace et stimuler la diversification économique, des efforts supplémentaires sont aussi nécessaires.

Lire aussi : La BAD accorde plus de 100 millions $ pour la construction du corridor routier Bissau-Dakar