Manuela Roka Botey : Première femme à occuper le poste de Premier Ministre en Guinée équatoriale

0
703
Roka-Botey
Manuela Roka Botey, Premier ministre de la Guinée équatoriale.

Le Président guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a nommé par décret présidentiel au poste de Premier ministre, Manuela Roka Botey. Désignée pour ce poste mardi dernier, elle devient la première femme à l’occuper dans l’histoire de la Guinée équatoriale. 

« Je nomme Madame Manuela Roka Botey Première ministre du gouvernement chargée de la coordination administrative  » peut-on lire dans le décret présidentiel qui a été lu à la Televisión de Guinea Ecuatorial (TVGE). La nouvelle cheffe du gouvernement guinéen est vice-doyenne de la faculté des lettres et des sciences sociales de l’Université nationale de Guinée équatoriale (UNGE). En 2020, elle est entrée dans le gouvernement en tant que ministre déléguée à l’Éducation nationale, à l’Enseignement universitaire et aux Sports. Pour la Guinée équatoriale, c’est   » une preuve supplémentaire de l’engagement en faveur de l’égalité des genres dans le pays « . C’est ce qui ressort en substance des déclarations du vice-président Teodoro Nguema Obiang Mangue, après la nomination de Manuela Roka Botey.

Lire aussi : La Guinée équatoriale s’associe à deux firmes chinoises pour la construction d’une raffinerie de pétrole

Fin de mandat pour Francisco Pascual Obama Asue

C’est Francisco Pascual Obama Asue qui passe le pouvoir à Manuela Roka Botey. L’homme a occupé le poste de Premier ministre pendant près de huit (08) ans aux côtés du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Par ailleurs, les trois vice-Premiers ministres Clemente Engonga Nguema Onguene, Ángel Mesie Mibuy et Alfonso Nsue Mokuy ont été maintenus à leurs postes. Pour rappel, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est à la tête de la Guinée équatoriale depuis 1979 suite à un coup d’État. Plusieurs organisations internationales accusent son gouvernement de corruption chronique. Les puissances mondiales lui reprochent d’écarter l’opposition de la scène politique et de fouler aux pieds les droits humains.

Lire aussi : Exxon quitte la Guinée équatoriale dans un contexte d’élimination progressive des énergies fossiles en Afrique