Huit pays commenceront bientôt des échanges de biens et services dans le cadre de la ZLECAf

0
513
ZLECAF
Le Ghana et sept autres pays démarreront bientôt les échanges commerciaux dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine.

Huit pays débuteront bientôt des échanges commerciaux dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Ce projet a été initié pour faciliter l’industrialisation du continent et de le rendre économiquement autonome.

Le Ghana et sept autres pays démarreront les échanges de biens et de services dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Cette initiative fait partie des efforts pour diversifier et accroître les exportations des pays africains à travers des sociétés commerciales d’exportation. Par ailleurs, elle fait partie des efforts d’industrialisation du continent.

Le Ghana et 7 autres pays sont concernés par cette initiative

« Les échanges réels commencent entre le Cameroun, l’Égypte, le Kenya, l’île Maurice, le Rwanda, la Tanzanie, la Tunisie et le Ghana », rapporte News Ghana, citant Herbert Krapa, vice-ministre du commerce et de l’industrie (MoTI). Selon lui, l’initiative de la Zlecaf a été lancé pour matérialiser la révolution industrielle du continent et sa capacité d’autosuffisance. « Le commerce de biens et de services de Harare à Bamako ou Kigali, ou l’exportation de cacao transformé d’Accra vers toute la région de l’Afrique du Nord ne devrait plus être un cauchemar si nous réalisons les investissements appropriés dans les sociétés commerciales d’exportation », a-t-il déclaré.

Lire aussi : La mise en œuvre de la ZLECAf contribuera à sortir 50 millions de personnes de l’extrême pauvreté (Banque mondiale)

La nécessité d’investir dans les sociétés commerciales d’exportation

Pour Herbert Krapa, les investissements dans les sociétés commerciales d’exportation permettront à l’Afrique de prendre en compte toute la chaîne de valeur régionale. Il s’agit des PME, des jeunes entrepreneurs, des start-ups, des fabricants légers et des grandes industries. Ces acteurs fourniront des services d’exportation et d’importation, d’entreposage, de transport, de financement, d’assurance, de gestion des risques et d’information sur les marchés, de la zone de libre-échange. Ainsi, Herbert Krapa invite les gouvernements et les acteurs du secteur privé à mettre en place un cadre institutionnel et une infrastructure adéquate pour profiter des avantages offerts par la ZLECAf.

Selon le Dr Gainmore Zanamwe, directeur principal de la facilitation du commerce à Afreximbank, le manque d’accès aux informations sur le marché entrave la croissance des sociétés commerciales d’exportation en Afrique. Pour lui, ces sociétés sont essentielles pour favoriser la croissance des petits exploitants agricoles et des commerçants. Il invite les dirigeants africains à mettre en place un environnement favorable à l’essor des sociétés commerciales d’exportation en Afrique. L’industrialisation du continent permettait d’ajouter de la valeur aux matières premières produites. Elle permettra ainsi d’augmenter les revenus et de créer des emplois.

Lire aussi : La ZLECAf pourrait stimuler le commerce maritime en Afrique, selon la CNUCED