IFC mobilise des fonds pour des infrastructures durables en Afrique et en Asie

0
176
Illustration IFC
L'IFC mobilise de nouveaux fonds pour combler les lacunes en matière d'infrastructures et réduire des émissions de carbone en Afrique et en Asie.

La Société financière internationale (IFC) mobilise de nouveaux fonds dans l’optique de combler les lacunes en matière d’infrastructures. Les fonds de la branche d’investissement de la Banque mondiale contribueront également à la réduction des émissions de carbone dans les économies émergentes.

Renforcement du Fonds d’infrastructure des marchés émergents d’AP Moller Capital

Les 50 millions de dollars de capitaux propres permettront de renforcer le Fonds d’infrastructure des marchés émergents d’un milliard de dollars d’AP Moller Capital. Les initiatives de ce fonds visent à augmenter les offres d’emploi et à favoriser la croissance du PIB. En outre, ces dernières souhaitent lutter contre la pauvreté, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et le changement climatique. Le fonds sera débloqué en Afrique et en Asie du Sud et du Sud-Est, avec une focalisation sur les infrastructures de transport. Selon le communiqué, il s’agit notamment des ports, du stockage, des routes, des chemins de fer, des entrepôts et de la distribution.

Lire aussi : Ghana : l’IFC envisage un investissement de 100 millions USD dans une centrale solaire de 150 MW

Énergies renouvelables

Par ailleurs, les énergies renouvelables et les infrastructures de distribution bénéficieront d’une partie du fonds, avec engagement d’atténuer le changement climatique. L’objectif est de réduire d’au moins 25 % les émissions de gaz à effet de serre dans ses actifs d’infrastructures de transport. « Nous cherchons à accroître les investissements durables dans l’énergie verte et les transports sur les marchés à forte croissance d’Asie et d’Afrique », a annoncé Kim Fejfer, associé directeur et PDG d’AP Moller Capital.

Un sous-investissement dans les secteurs des transports

Au cours de ces dix dernières années, l’IFC a engagé et mobilisé plus de 10 milliards de dollars pour soutenir des projets de transport durable dans les marchés émergents. Les économies émergentes ont fait face à un sous-investissement dans leurs secteurs des transports, affectant la croissance socio-économique.

« Parallèlement, un sous-investissement persistant signifie que, bien qu’elles abritent plus de la moitié de la population mondiale en 2022, l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Asie du Sud ne représentent ensemble que 16 % de la consommation totale d’énergie primaire mondiale », a précisé le communiqué.

Lire aussi : Nigéria : IFC et ses partenaires investissent 500 millions de dollars pour le développement de BUA Cement Plc