Des pays d’Afrique de l’Est lancent une plate-forme pour gérer les criquets pèlerins

0
643
criquet pèlerins
L'IGAD, qui regroupe sept pays d'Afrique de l'Est, a lancé une plateforme d'alerte pour gérer les invasions de criquets pèlerins.

L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), regroupant sept pays d’Afrique de l’Est a lancé une plate-forme pour la gestion durable des criquets pèlerins. La plateforme s’occupera également d’autres ravageurs transfrontaliers. 

L’IGAD a déclaré que la plate-forme a été développée pour contenir les criquets pèlerins. Elle vise à soutenir la gestion de ces criquets dans les zones infestées. « Le contrôle et la gestion efficaces du criquet pèlerin et d’autres ravageurs transfrontaliers dans la région de l’IGAD nécessitent une implication  soutenue de tous les pays touchés, de la communauté internationale, du secteur privé et de toutes les parties prenantes ». C’est ce qu’a déclaré le directeur du Centre de prévision et du climat de l’IGAD, Guleid Artan. 

La plate-forme fournira également un système d’alerte coordonné pour une surveillance et un suivi intensifs des criquets pèlerins. Keith Cressman, responsable de la prévision acridienne à la FAO, a expliqué que « les systèmes d’alerte précoce fonctionnent extrêmement bien grâce aux contributions et aux efforts des pays. Cependant, le défi consiste à transformer cette alerte précoce en action ». 

Une région très touchée par les ravageurs 

D’après Xinhua, la région de la corne de l’Afrique est aux prises avec une invasion de criquets pèlerins depuis 2019. Cette situation représente une menace pour la sécurité alimentaire les agriculteurs et les éleveurs. Selon l’IGAD, la région est confrontée à la menace d’une infestation récurrente par les ravageurs. Les conditions écologiques telles que des précipitations régulières et une végétation luxuriante sont favorables pour la reproduction de ces ravageurs.

Notons que l’invasion de criquets a affecté l’alimentation de plus de 2,5 millions de personnes en 2020. En 2021, elle devrait en toucher 3,5 millions dans l’ensemble de la région. Les prévisions de précipitations inférieures à la moyenne, combinées à une meilleure surveillance, pourraient freiner l’invasion. Par ailleurs, il est difficile de dire exactement quand elle prendra fin.