Impacts disproportionnés : l’Afrique face à la crise climatique

0
154
Crise climatique
L'Afrique, bien qu'elle ne contribue qu’à hauteur de 4 % des émissions mondiales, subit les impacts dangereux du changement climatique.

Les résultats de la COP28 dressent un tableau qui suscite beaucoup de réflexions. L’Afrique ne contribue qu’à hauteur de 4 % des émissions mondiales. Cependant, le continent subit de manière disproportionnée les impacts dangereux du changement climatique. C’est ce que souligne Joy Phumaphi, secrétaire exécutive de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA).

« Multiplicateur de menace »

Cette situation met à l’épreuve les systèmes de santé fragiles. La crise compromet également les progrès durement acquis dans la lutte contre des maladies comme les maladies tropicales négligées (MTN). Selon l’Organisation mondiale de la santé, le changement climatique est un « multiplicateur de menace ». En effet, il représente un danger pour les progrès en matière de santé mondiale, notamment en Afrique.

Lire aussi : Crise climatique en Afrique de l’Est : les inondations menacent l’insécurité alimentaire, avertit le PAM

Renforcement des systèmes de santé

Sur ce continent, les progrès réalisés dans l’élimination des MTN font face à des revers en raison de l’accentuation des menaces climatiques. Par ailleurs, la COP28 a marqué un tournant significatif en intégrant un programme de santé, les engagements financiers totalisant 777 millions de dollars. Cette somme provient de forums mondiaux et de contributions nationales. Ces engagements financiers mettent en évidence la nécessité de financer et de collaborer pour renforcer les systèmes de santé.

Notons que la réussite dépend des investissements financiers, selon Phumaphi. En outre, le succès repose sur les efforts unifiés, une collaboration avec les donateurs et une approche résiliente et adaptable. L’objectif ici est d’assurer un avenir plus sain et résilient au climat sur le continent africain et au-delà.

Lire aussi : Le changement climatique menace gravement la santé humaine, selon le responsable des maladies en Afrique