Les inondations augmentent la propagation du choléra en Afrique (OMS)

0
453
choléra
Les fortes inondations, dues aux tempêtes tropicales augmentent le risque de propagation du choléra en Afrique, selon l'OMS.

Les fortes inondations augmentent le risque de propagation du choléra en Afrique, selon l’OMS. Les épidémies de choléra surviennent pendant la saison des pluies ou les tempêtes tropicales qui provoquent des inondations.

Les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que les nouveaux cas de choléra ont chuté de 37 % pour atteindre 2 880 au cours de la semaine se terminant le 26 février. La semaine précédente, 4 584 cas de choléra avaient été signalés dont 81 décès. Toutefois, l’OMS met en garde contre le risque de propagation de la maladie en raison des inondations. Ces phénomènes naturels risquent de ralentir les efforts de lutte contre les épidémies.

12 pays touchés par le choléra

Actuellement, l’épidémie touche douze pays africains. L’Afrique du Sud, la Tanzanie et le Zimbabwe ont été les derniers à détecter le choléra. En Afrique australe, les épidémies de choléra surviennent pendant la saison des pluies, des tempêtes tropicales qui provoquent de fortes inondations. Au Malawi, par exemple, l’augmentation des précipitations ralentit les efforts de contrôle de l’épidémie dans certaines régions. Le pays connaît la pire épidémie de choléra de son histoire.

Les cyclones détruisent les infrastructures

Au Mozambique, le cyclone Freddy, qui a touché terre vendredi dernier, a causé d’importants dégâts aux infrastructures. Plus de 44 000 personnes ont été touchées. Le cyclone a détruit 55 établissements de santé et endommagé plus de 3 500 km de routes. « Des équipes d’intervention ont des difficultés à atteindre les personnes ayant besoin d’aide en raison de l’inaccessibilité des routes et des dommages aux infrastructures. Certaines unités de traitement du choléra ont été inondées et une augmentation des cas a été signalée dans certains endroits suite aux fortes pluies », a déclaré l’ONU dans un communiqué.

Lire aussi: L’OMS alerte sur le nombre de cas de choléra en Afrique

470 000 Malgaches privés de services de santé après la tempête tropicale Cheneso

À Madagascar, les récents cyclones ont provoqué d’importantes inondations. Cela a entraîné une augmentation des cas de paludisme et du risque d’épidémies de choléra. Le choléra a été signalé pour la dernière fois à Madagascar en 2000. Lorsque la tempête tropicale Cheneso a frappé le pays en janvier, plus de 470 000 personnes se sont retrouvées sans accès aux services de santé. Le cyclone a détruit plus de 77 établissements de santé. La semaine dernière, après le passage du cyclone Freddy, plus de 116 000 personnes ont été touchées. Environ 29 000 maisons ont été inondées ou endommagées dans sept des 23 régions du pays.

Soutien de l’OMS en Afrique Australe

L’OMS a déployé 80 experts dans les pays d’Afrique australe pour soutenir la lutte contre la maladie. Au cours des deux derniers mois, l’agence onusienne a expédié 455 tonnes de fournitures essentielles contre le choléra au Malawi et au Mozambique. D’autres pays, dont le Burundi, la République démocratique du Congo, le Ghana, le Kenya et la Zambie, ont également bénéficié de ces fournitures.

« Nous renforçons notre soutien aux pays afin d’accroître la capacité de détection de la maladie, nous fournissons des fournitures médicales et nous intensifions la préparation dans les régions exposées aux inondations », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Selon l’ONU, l’accès au traitement et à la vaccination, à l’eau potable et à l’assainissement devrait contribuer à assurer une lutte durable et efficace contre le choléra.

Lire aussi: Mozambique : Une campagne de vaccination contre le choléra cible 720 000 personnes