Sénégal : L’Institut Pasteur de Dakar veut développer des vaccins contre la rougeole et la rubéole

0
606
Institut-Pasteur-de-Dakar
L'Institut Pasteur de Dakar au Sénégal.

L’Institut Pasteur de Dakar se lance dans la fabrication de vaccins contre la rougeole et la rubéole. L’institut avait déjà développé des vaccins contre le Covid-19. Son objectif est de devenir un leader dans ce domaine en Afrique.

L’Institut Pasteur de Dakar (IPD) a lancé un nouveau programme pour développer un vaccin contre la rougeole et la rubéole au Sénégal. L’institut prévoit de déployer ce programme grâce à un financement de la Fondation Bill et Melinda Gates.   L’objectif du programme est d’accélérer la fabrication et l’accès abordable aux vaccins essentiels et épidémiques en Afrique.

L’IPD développera des vaccins grâce à la technologie d’Univercells

Technologies avancées de bioprocédés, Univercells.

L’institut s’appuiera sur les technologies du groupe néerlandais Batavia (Leiden) et de la société belge Univercells. Cette dernière a mis au point une plateforme pour la production de vaccins abordables, appelée NevoLine Upstream.

Ce programme permettra à l’IPD de produire des vaccins pour les campagnes de vaccination de routine essentielles dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, rapporte le média sénégalais Le Quotidien. Ces vaccins couvriront les campagnes épidémiques et de rattrapage. « La production sera transférée à l’installation ultramoderne de Madiba, un Centre régional de fabrication de vaccins contre la Covid-19 et d’autres épidémies, pouvant produire jusqu’à 300 millions de doses destinées à être utilisées en Afrique », indique IPD.

Améliorer la préparation aux épidémies en Afrique

Selon le Dr Amadou Alpha Sall, directeur exécutif de l’IPD, la fabrication de vaccins contre la rougeole et la rubéole et de diagnostics abordables en Afrique permettra au continent d’améliorer la préparation aux épidémies. Elle améliorera aussi la chaîne d’approvisionnement en vaccins essentiels pour la vaccination de routine. Le développement des vaccins contribuera à l’autonomisation des pays africains. À termes, le projet permettra d’accroître l’accès aux vaccins contre la rougeole et la rubéole sur le continent africain et dans le monde entier.