IRC : les crises humanitaires vont s’accentuer en 2024

0
208
IRC
Dans un rapport l'International Rescue Committee (IRC), plusieurs phénomènes vont accélérer les crises humanitaires dans le monde en 2024.

Dans un rapport l’International Rescue Committee (IRC), le changement climatique, l’aggravation des conflits armés, l’endettement croissant et la diminution du soutien international vont accélérer les crises humanitaires dans le monde en 2024.

L’IRC a identifié 20 pays, principalement en Afrique dans sa liste de surveillance d’urgence 2024. Les pays figurants dans cette liste sont, selon l’IRC, ceux qui courent le plus grand risque d’aggravation de la situation humanitaire l’année prochaine. Il s’agit notamment du Soudan suivi des territoires palestiniens occupés et du Soudan du Sud. En dehors de ceux-là, figurent neuf nations subsahariennes ; le Myanmar et l’Afghanistan en Asie ; la Syrie, le Liban et le Yémen au Moyen-Orient ; l’Ukraine européenne ; l’Équateur d’Amérique du Sud et Haïti dans les Caraïbes.

300 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire

Selon David Miliband, le chef de l’IRC « C’est la pire des époques ». Ce rapport intervient alors que le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire a atteint cette année 300 millions, tandis que le nombre de personnes contraintes de fuir leur foyer a grimpé à 110 millions. Le chef de l’IRC appelle à mettre davantage l’accent sur l’adaptation au climat, l’autonomisation des femmes, les services bancaires privilégiant les personnes, le soutien aux personnes déplacées et les actions visant à endiguer l’impunité.

Lire aussi : L’ONU apporte de l’aide humanitaire aux réfugiés dans le nord-ouest du Bénin

Les 20 territoires de la liste de surveillance d’urgence 2024 de l’IRC représentent environ 10 % de la population mondiale mais 86 % des besoins humanitaires mondiaux, 70 % des personnes déplacées et une part croissante de ceux qui sont confrontés à l’extrême pauvreté et aux risques climatiques. Le Soudan n’était pas inclus l’année dernière. Il arrive néanmoins en tête de liste en raison de la guerre urbaine à grande échelle. Le territoire palestinien de Gaza entre en 2024 comme l’endroit le plus meurtrier pour les civils au monde. 

Des causes profondes

Alors que certains pays africains parviennent à améliorer rapidement leur niveau de vie, les conflits, les coups d’État et la pauvreté augmentent rapidement. L’Équateur a rejoint la liste pour la première fois en raison de la pandémie des risques climatiques et de l’augmentation des crimes violents. Des crimes que l’État attribue en grande partie au trafic de drogue qui aggrave les impacts économiques. Cette zone abrite de nombreux réfugiés vénézuéliens.

En Haïti, près de la moitié de la population avait besoin d’une aide humanitaire selon l’IRC. L’institution déclare qu’il est peu probable que les efforts potentiels de l’ONU pour aider la police à combattre de puissants gangs armés améliorent considérablement les conditions l’année prochaine.

Lire aussi : RDC : des millions de déplacés dans le besoin d’aide humanitaire