Kenya : 3,6 millions d’enfants risquent d’être déscolarisés à cause de la sécheresse en 2023

0
794
Enfants-kényans
La sécheresse pourrait empêcher 3,6 millions d'enfants kényans de retourner à l'école à la prochaine rentrée prévue pour janvier 2023.

Le Kenya connaît actuellement la pire sécheresse de ces 40 dernières années. Le manque d’eau affecte les moyens de subsistance des parents et augmente la vulnérabilité de leurs enfants.

Plus de 2 millions d’enfants kényans âgés de 4 à 17 ans ont été déscolarisés depuis le 3e trimestre 2021. À la prochaine rentrée des classes prévue pour janvier 2023, 1,6 million d’enfants supplémentaires de la même tranche d’âge pourraient ne plus retourner à l’école. Cette situation sera due à la sécheresse historique qui touche l’Afrique de l’Est, selon l’organisation Save the Children.

Lire aussi : Plus de 98 millions d’enfants et de jeunes privés d’éducation en Afrique subsaharienne

L’eau est devenue une denrée rare dans plusieurs comtés du Kenya. 460 écoles n’ont pas de source d’eau et 1896 autres dépendent uniquement des pluies pour en trouver. Au nord du pays, la plupart des parents d’élèves ont perdu leurs moyens de subsistance et leurs sources de revenus en raison de la mort du bétail. Les déplacements de familles d’éleveurs recherchant du pâturage pour leurs animaux, ainsi que de la nourriture et de l’eau pour elles-mêmes, empêchent les enfants de poursuivre leur cursus scolaire.

Lire aussi : Le Kenya cherche à obtenir un appui budgétaire de 1 milliard $ auprès de la Banque mondiale

« Chaque minute qui passe signifie que la vie d’un grand nombre d’enfants est de plus en plus menacée. Le temps presse pour eux. Ils sont privés d’éducation, ce qui les rend vulnérables » a déclaré Yvonne Arunga, directrice générale de l’organisation Save the Children au Kenya et à Madagascar, citée par Capital News. Elle exhorte les dirigeants à mettre en place des programmes d’alimentation scolaires dans les zones les plus touchées par la sécheresse.

Lire aussi : Niger : Le gouvernement crée des centres de regroupement scolaires pour les enfants ayant fui la menace terroriste

Fidèle DJIMADJA