Kenya : KALRO développe une nouvelle race de poules indigènes

0
453
Une ferme d'aviculture
L'organisation de recherche sur l'agriculture et l'élevage du Kenya (KARLO) a dévoilé une race de poulet indigène supérieure qui est résistante aux maladies courante.

Kenyan Agricultural Research Organisation (KALRO) est l’organisme kényan consacré à la recherche dans le domaine de l’agriculture. Cet organisme travaille depuis plusieurs années à couvrir la demande de la population dans ce domaine.

Ainsi, face aux besoins constants, l’organisation avait entrepris des travaux visant à générer des races de poulets supérieurs. Ces poulets devraient être plus résistants et plus productifs. Après les deux premiers spécimens de poulets KC1 et KC2, KALRO vient d’annoncer une nouvelle race de poulet indigènes, dénommée K3. Cette nouvelle race de poulets indigènes est nettement supérieure aux races antérieures.

Lire aussi: Kenya : le gouvernement signe un accord de financement de 3 milliards de dollars avec Afreximbank

Les K3 ont en effet une meilleure résilience aux maladies, mais surtout une très grande capacité de reproduction.  Leur capacité de production est comprise entre 220 et 280 œufs par an, à partir de 5 mois.  Soit presque le triple de la capacité de production normale comprise entre 80 et 100 œufs. Avec cette race de poulets, la KALRO espère se rapprocher davantage de son objectif de pourvoir satisfaire amplement la demande de poulets au plan national.

Lire aussi : Le Kenya et Afreximbank signent un accord de prêt de 3 milliards $

Booster considérablement la production des volailles

Avec une moyenne de plus de 50 millions de poulets consommés chaque année, le Kenya est l’un des plus gros consommateurs de poulet en Afrique. La création d’une nouvelle race de volailles n’est pas la seule action réalisée par KARLO dans ce sens. En effet, un nouveau centre d’élevage et de multiplication d’une capacité de 2000 oiseaux a été construit à Kakamega. L’organisme veut répondre à la demande de plus de 2 millions de poussins d’un jour. Toujours pour stimuler la production, un couvoir supplémentaire d’une capacité de 19 000 œufs a été construit. Avec une capacité de fournir au moins 34 000 poussins d’un jour par mois, contre 3 000 auparavant.

Lire aussi : Le Royaume-Uni aidera le Kenya à réaliser des projets climatiques de 4,11 milliards $