fbpx
32 C
Cotonou
mercredi 18, janvier 2023

Kenya : Un insecticide utilisé contre les oiseaux ravageurs menace des espèces en voie de disparition

Au Kenya, le gouvernement a lancé une campagne d’éradication des quéléa ravageurs de cultures agricoles. Ces granivores ont détruit plus de 120 hectares de rizières dans le pays. Le pesticide utilisé pour les éliminer est cependant nocif pour d’autres espèces animales ainsi que pour l’homme. 

Les autorités kényanes veulent abattre jusqu’à 6 millions de quéléa qui ont envahi de nombreux champs de céréales à travers le pays. Ces oiseaux ont détruit plus de 120 hectares de rizières et menacent désormais 800 autres. D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un seul quéléa peut manger jusqu’à 10 grammes de céréales par jour. Le pays pourrait perdre l’équivalent de 50 millions $ chaque année à cause de ce fléau rapporte The Guardian. 

De plus, laisser ces oiseaux ravager les cultures céréalières au moment où le pays est confronté à la pire sécheresse de ces 40 dernières années aggravera la crise alimentaire actuelle. Pour éviter une telle situation, les autorités ont lancé une campagne d’éradication visant à pulvériser du fenthion dans les champs. 

Lire aussi : Kenya : 3,6 millions d’enfants risquent d’être déscolarisés à cause de la sécheresse en 2023

Un danger pour d’autres espèces animales

Le fenthion est un insecticide organophosphoré avicide (pouvant éloigner, endormir ou tuer des oiseaux jugés nuisibles). D’après les scientifiques, ce produit est « toxique pour les humains et les autres organismes non ciblés ». Sa pulvérisation est susceptible de contaminer l’environnement et d’entraîner « la mort massive d’autres espèces d’oiseaux et d’animaux » a indiqué Paul Gacheru, responsable chez Nature Kenya. 

Les espèces menacées par l’utilisation de ce pesticide sont notamment les rapaces. « Aujourd’hui, tous les rapaces (du Kenya) sont en danger » selon Simon Thomsett, directeur du Kenya Bird of Prey Trust. Les défenseurs de l’environnement invitent les autorités à revoir leur méthode de lutte contre les quéléa. La FAO et le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) comptent, quant à eux inscrire le fenthion sur la liste des produits chimiques industriels à interdire ou à réglementer de façon très stricte. 

Lire aussi : La Côte d’Ivoire pourrait perdre 30 à 40 % de sa production de coton à cause d’un parasite

Fidèle DJIMADJA

Fidèle DJIMADJA