Kenya : un tribunal suspend l’obligation vaccinale pour accéder à certains lieux publics

0
614
Mutahi Kagwe, ministre Kényan de la Santé du

Un tribunal kényan a suspendu mardi, l’obligation vaccinale pour accéder à des lieux publics. Cette décision devait entrer dans sa phase effective, à compter de la semaine prochaine.

Le gouvernement kényan a annoncé le mois dernier, l’instauration d’une obligation vaccinale pour bénéficier de certains services essentiels. Cette décision a été temporairement suspendue par un juge ce mardi, rapporte The Nation.

La suspension intervient alors que le tribunal étudie un recours déposé par un homme d’affaires. Ce dernier qualifie cette mesure de « tyrannique », « d’abus de pouvoir » et de « violation flagrante de la Constitution ». La décision du tribunal sera maintenue jusqu’à la fin du procès.

Lire aussi : Le Kenya produira localement des vaccins contre la Covid-19 dès 2022

Une décision contestée

Avant ce procès, plusieurs organisations s’étaient prononcées contre les nouvelles dispositions des autorités kényanes. Selon le Human Rights Watch, cette exigence risque de violer les droits fondamentaux pour des millions de Kényans. « Si le gouvernement a l’obligation de protéger sa population contre les menaces graves pour la santé publique, les mesures doivent être raisonnables et proportionnées », avait déclaré l’ONG dans un communiqué.

Rappelons que le Kenya a enregistré près de 256 500 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie. Environ 5 350 décès ont été signalés par les autorités. Le pays a vacciné 3,2 millions de personnes, soit 12% de la population adulte.

Pour les autorités sanitaires, ce chiffre est insignifiant, par rapport aux 27 millions de vaccinations prévues avant fin 2022. « C’est encore plus essentiel avec l’émergence du variant Omicron. Les experts ont averti qu’il est plus infectieux que les formes précédentes du virus », a déclaré Mutahi Kagwe, le ministre de la Santé du Kenya. 

Lire aussi : L’Afrique traverse une quatrième vague de Covid-19