L’Italie importera plus de gaz depuis l’Algérie pour réduire sa dépendance à la Russie

0
604
Gazoduc
L’Italie est en pleines discussions avec l’Algérie pour augmenter ses importations de gaz, afin de réduire sa dépendance envers la Russie.

Les deux pays sont sur le point de conclure un accord visant à augmenter les importations de gaz algérien en Italie.

Le Premier ministre italien Mario Draghi effectue une visite diplomatique en Algérie, depuis ce lundi. Celle-ci devrait aboutir à la signature d’un accord gazier important entre les deux pays, ont indiqué des sources proches du dossier à Reuters.

Ledit accord permettra à l’Italie d’importer plus de gaz depuis l’Algérie, au cours des prochains mois. Le pays, qui importe près de la moitié de son gaz depuis la Russie, cherche à diversifier ses sources en raison du conflit.

Lire aussi : Muhammadu Buhari préconise le gaz comme source d’énergie de transition en Afrique

Si les négociations aboutissent, l’Algérie acceptera d’augmenter de 50% ses exportations de gaz vers l’Italie. Cela correspond à une augmentation de 9 à 10 milliards de mètres cubes par an.

Selon Bloomberg, l’Italie a reçu près de 21 milliards de mètres cubes de l’Algérie en 2021. Cela en fait la plus grande source d’importations après la Russie, qui a fourni 29 milliards de mètres cubes. Selon la même source, la compagnie pétrolière publique algérienne Sonatrach serait en pourparlers avec son homologue d’Italie, l’Eni, sur la manière d’augmenter l’approvisionnement à court et moyen terme.

Plus tôt cette année, l’Algérie avait exprimé sa disponibilité à fournir plus de gaz à l’Europe en cas de nécessité. Pour cela, le pays entend utiliser une capacité de 10 milliards de mètres cubes non exploitée sur le gazoduc Transmed.

Lire aussi : Conflit russo-ukrainien : l’Algérie prête à fournir plus de gaz à l’Europe en cas de nécessité