L’UE veut se tourner vers l’Afrique pour réduire sa dépendance au gaz russe

0
539
Gaz-africain
L’Union Européenne voudrait renforcer sa coopération avec les producteurs africains de gaz, pour remplacer la Russie.

L’Europe élabore une nouvelle stratégie pour diversifier au maximum ses fournisseurs de gaz. Les pays africains occuperaient une place de choix dans le nouveau document.

L’Union européenne (UE) cherche à renforcer sa coopération avec les pays africains, afin de diversifier ses sources d’approvisionnement en gaz. Selon un projet de document vu par Bloomberg, l’organisation cible plusieurs pays du continent, tels que le Nigeria, le Sénégal et l’Angola.

Lire aussi : Conflit russo-ukrainien : quelles conséquences pour l’Afrique ?

L’Europe tente de se détourner de son principal fournisseur énergétique depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. Plusieurs pays du bloc ont déjà conclu des accords avec divers fournisseurs potentiels. La nouvelle stratégie de l’UE vise à augmenter les importations de gaz de 50 milliards de mètres cubes et à augmenter les expéditions de gazoduc en provenance de pays autres que la Russie de 10 milliards de mètres cubes. Selon le document, cela nécessitera de « redéfinir les relations avec les fournisseurs traditionnels et d’étendre les échanges aux nouveaux fournisseurs émergents ».

Notons qu’à l’heure actuelle, des pays tels que l’Algérie et l’Egypte ont conclu plusieurs accords avec des membres de l’UE, comme l’Italie et l’Espagne. Toutefois, leur capacité de production risque de se révéler insuffisante pour faire face à la demande croissante de l’Europe. Les autres pays devront se tourner vers d’autres fournisseurs sur le continent, afin d’éviter d’éventuelles pénuries.

Lire aussi : L’Algérie n’a pas assez de gaz pour satisfaire la demande croissante de l’Europe