La BAD accorde 10 millions $ au Libéria pour renforcer les systèmes d’alerte météorologique précoce

0
592
Samuel D. Tweah Jr, ministre des finances et de la planification du développement, Libéria

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé une subvention de 10 millions $ pour le Liberia. Ce financement permettra d’améliorer les systèmes d’alerte météorologique précoce dans le pays.

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un financement de 10 millions $ du Fonds vert pour le climat pour le Liberia. Ce montant servira à financer un projet d’amélioration des systèmes d’alerte météorologique précoce. Selon la BAD, le projet reçoit également plus de 400 000 $ du Fonds spécial ClimDev Afrique de la Banque. Le gouvernement libérien soutient l’initiative à hauteur de 1 million $.

Renforcer la capacité du pays à produire des données climatiques précises

Le projet prévoit l’installation d’un radar météorologique à l’aéroport international Roberts du pays. Seront aussi installés, des systèmes aériens sans pilote pour l’observation en altitude. Grâce à cette initiative, le pays établira des systèmes d’alerte précoce communautaires et nationaux interconnectés.

Lire aussi : L’UA met en place un système d’alerte précoce pour mieux faire face aux effets du changement climatique

Le financement contribuera à renforcer la capacité du pays à produire des données adaptées à chaque secteur. « Les catastrophes climatiques coûtent au pays environ 6,17 millions $ par an, un chiffre qui devrait presque doubler au cours de la prochaine décennie, et tripler d’ici 2040 selon le scénario de base », informe la BAD. 

Selon le ministre libérien des finances et de la planification du développement, Samuel D. Tweah Jr, le projet permettra au pays de générer et de diffuser des informations climatiques et météorologiques précises. Ces données contribueront à l’atténuation du changement climatique et à la sécurité alimentaire. Elles participeront à la sécurité de l’eau et à la protection de l’environnement. « Ces améliorations nous permettront de comprendre comment les pertes dues aux catastrophes se produisent et comment les éviter à l’avenir, ce qui permettra de sauver des vies et de prévenir les pertes économiques », a-t-il déclaré.

Lire aussi : La technologie peut permettre d’éviter 66 milliards $ de pertes causés par la crise climatique

Près de 2,3 millions d’agriculteurs bénéficieront du projet

Le projet sera mis en œuvre par l’Agence de protection de l’environnement du Liberia pendant cinq ans. Il bénéficiera à environ 2,3 millions d’agriculteurs et de résidents côtiers touchés par les effets du changement climatique. L’initiative profitera également à quelque 5,4 millions de personnes travaillant dans des secteurs tributaires du climat. Il s’agit notamment des secteurs de l’agriculture et de la production d’énergie.