La BAD approuve 379,6 millions $ pour la facilité de financement « Desert to Power G5 Sahel »

0
522
Kevin Kariuki, vice-président de la BAD pour l'électricité, l'énergie, le changement climatique et la croissance verte

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le mécanisme de financement Desert to Power G5 Sahel, couvrant le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger. Le mécanisme vise à aider ces pays à adopter une voie de production d’électricité à faibles émissions de gaz à effet de serre. 

La BAD veut engager 379,6 millions $ en financement et en assistance technique pour la facilité Desert to Power G5 Sahel au cours des sept prochaines années. Le projet permettra aux pays concernés de pouvoir réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en optant pour d’autres solutions de production d’électricité.

Lire aussi : G5 Sahel : la BAD lance le projet d’appui à la résilience des entreprises des jeunes

Ils pourront exploiter le potentiel solaire de la région. L’initiative se concentrera sur la production solaire à grande échelle par le biais de producteurs d’électricité indépendants et de solutions de stockage d’énergie. La banque a indiqué que les investissements seront soutenus par une composante d’assistance technique pour renforcer la capacité de mise en œuvre des projets. 

Le projet devrait permettre de générer 500 MW de capacité de production solaire supplémentaire et faciliter l’accès à l’électricité à quelque 695 000 ménages. Il devrait à long terme réduire les émissions de carbone de plus de 14,4 millions de tonnes. 

Lire aussi : G5 Sahel : les ministres de l’Energie du G5 Sahel valident la feuille de route du projet « Desert To Power »

« L’approche innovante de financement mixte de la Facilité Desert to Power G5 Sahel réduira les risques, et donc catalysera, les investissements du secteur privé dans la production d’énergie solaire dans la région ». C’est ce qu’a déclaré  Kevin Kariuki, le vice-président de la BAD pour l’électricité, l’énergie, le changement climatique et la croissance verte. Selon lui, cela conduira à une production d’énergie transformatrice et comblera le déficit d’accès à l’énergie dans certains des pays les plus fragiles d’Afrique.