La BAD approuve la facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard $

0
641
BAD Facilité Africaine
La BAD approuve son programme de production alimentaire d'urgence de 1,5 milliard $ pour éviter une crise alimentaire imminente en Afrique.

La BAD approuve une facilité de 1,5 milliard $ pour aider les pays africains à éviter une crise alimentaire. Le programme fournira des semences certifiées et des technologies aux agriculteurs. L’objectif est de faciliter la production de 38 millions de tonnes de denrées alimentaires.

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé vendredi dernier la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence, dotée de 1,5 milliard $. Les fonds seront utilisés pour aider les pays africains à prévenir une crise alimentaire imminente. Le programme prévoit de soutenir 20 millions d’agriculteurs.

20 millions d’agriculteurs bénéficieront des engrais au cours des 4 prochaines campagnes agricoles

L’Afrique connaît actuellement une pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de nourriture en raison de la crise en Ukraine. Le plan d’urgence permettra de produire 11 millions de tonnes de blé, 18 millions de tonnes de maïs, 6 millions de tonnes de riz et 2,5 millions de tonnes de soja, indique un communiqué de la BAD. Pour y parvenir, la BAD prévoit de fournir à 20 millions d’agriculteurs des semences certifiées, des engrais et des services de vulgarisation. « La Banque africaine de développement fournira des engrais aux petits exploitants agricoles de toute l’Afrique au cours des quatre prochaines campagnes agricoles, en usant de son influence auprès des grands fabricants d’engrais, de garanties de prêt et d’autres instruments financiers », précise le communiqué.

Lire aussi : La Banque mondiale prévoit 30 milliards $ pour aider les pays à répondre à la crise alimentaire mondiale

Des réformes pour dynamiser le marché des intrants

Le programme fournira une plateforme pour plaider en faveur de réformes politiques essentielles. L’initiative renforcera les institutions nationales chargées de superviser les marchés des intrants. L’objectif est de résoudre les problèmes structurels qui empêchent les agriculteurs de recevoir des intrants modernes. « L’Afrique a besoin de semences agricoles et de moissonneuses mécaniques pour récolter les denrées alimentaires produites en abondance localement. L’Afrique se nourrira elle-même avec fierté, car il n’y a aucune dignité à mendier de la nourriture », a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

Des consultations ont été organisées avec les producteurs d’engrais et les ministres africains de l’Agriculture et des finances dans le cadre du lancement du programme. Les parties prenantes ont convenu de mettre en œuvre des réformes pour s’attaquer aux obstacles systémiques qui empêchent les marchés des intrants modernes de fonctionner efficacement, indique la BAD.

La facilité travaillera avec les partenaires multilatéraux de développement pour permettre une mise en œuvre rapide et un réel impact. « La Facilité africaine de production alimentaire d’urgence s’appuie sur les enseignements tirés du programme Riposte de la stratégie “Nourrir l’Afrique” face à l’impact de la Covid-19 de la Banque africaine de développement » a déclaré Beth Dunford, vice-présidente de la BAD pour l’agriculture et le développement humain et social. Cette initiative a fourni une feuille de route stratégique pour soutenir le secteur agricole africain et préserver la sécurité alimentaire contre l’impact de la pandémie, a-t-elle ajouté.

Lire aussi : La BAD sollicite le soutien des États-Unis pour son plan alimentaire d’urgence de 1,5 milliard $