La Banque Kényane KCB Group émettra une obligation verte en 2022

0
748
Joshua Oigara, directeur général de KCB Group

Les obligations vertes sont l’un des moyens alternatifs de financement des projets verts préconisés par les experts. Les investisseurs misent sur cet instrument financier pour réduire leur empreinte carbone. Dans cette optique, la plus grande banque du Kenya émettra l’année prochaine une obligation verte pour financer des projets verts.

KCB Group Plc prévoit d’émettre la première obligation verte du pays en 2022 auprès d’un prêteur commercial. Le directeur général de l’institution financière, Joshua Oigara a fait l’annonce hier à Nairobi.

Un projet pour augmenter de 20% le portefeuille de prêts aux projets verts

L’objectif de l’institution basée à Nairobi est de consacrer 25% de son portefeuille de prêts à des projets respectueux du climat d’ici fin 2024. La Banque ne consacrait que 7 % du portefeuille de prêt aux projets verts. L’obligation verte qui sera lancé en 2022 aidera KCB Group à augmenter de 20% son portefeuille de prêt. Ce qui lui permettra d’atteindre ses objectifs de 2024.

Les prêts dans le cadre de cette opération d’obligation verte seront accordés aux projets de l’énergie, de l’agriculture, des infrastructures et du logement. L’obligation verte fait partie des actions clés de la banque pour 2022. KCB Group Plc forme ses employés à vérifier l’impact environnemental et social des clients avant de leur accorder un prêt.

Répondre aux ambitions de l’initiative Net-Zero Banking Alliance

La banque est présente sur six marchés d’Afrique de l’Est. Elle est l’un des trois prêteurs du Moyen-Orient et d’Afrique qui font partie de Net-Zero Banking Alliance. Il s’agit d’une initiative des banques mondiales. Elle est dirigée par le secteur privé. L’alliance offre l’opportunité aux grandes banques de jouer un rôle clé dans la décarbonisation de l’économie mondiale. Net-Zero Banking Alliance garantie que les investissements et les prêts des banques contribuent à réduire les émissions d’ici 2050, selon les Nations unies. Ce programme devrait aider le secteur privé à réduire les émissions de gaz à effet de serre.