fbpx
24.9 C
Cotonou
samedi 1, octobre 2022

La Banque mondiale débloque 315 millions $ pour soutenir la résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest

À lire absolument

La Banque mondiale vient d’approuver un montant de 315 millions $ pour la mise en œuvre d’un programme de résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest. Le programme profitera à près de 2 millions de personnes.

La Banque mondiale valide un financement de 315 millions $ pour la mise en œuvre de la deuxième phase du Programme régional de résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest (FSRP-2). Cette deuxième phase du programme couvrira le Tchad, le Ghana et la Sierra Leone. Le projet aidera ces pays à accroître leur préparation à l’insécurité alimentaire et à améliorer la résilience de leurs systèmes alimentaires.

2 millions de personnes bénéficieront du FSRP-2

Selon la Banque mondiale, le FSRP-2 profitera à environ 2 millions de personnes supplémentaires. Le projet prévoit de réduire de 25% le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire dans les zones ciblées des trois pays concernés. Il étendra l’accès aux services de conseils hydrologiques et agrométéorologiques à plus de 400 000 acteurs du système alimentaire. En outre, l’initiative facilitera l’adoption des technologies agricoles intelligentes pour 500 000 producteurs. Elle encouragera des pratiques de gestion intégrée du paysage sur environ 12 000 hectares de terres. Le projet compte augmenter de 30% les productions commercialisées à l’échelle intrarégionale dans certaines chaînes de valeur.

Facilitation de l’intégration du marché alimentaire régional

Le nouveau financement de la Banque mondiale permettra d’accroître l’efficacité de la prévention et de la gestion des crises agricoles et alimentaires. Il renforcera les capacités d’adaptation aux effets du changement climatiques. Ce montant aidera aussi à renforcer la capacité d’adaptation de la base productive du système alimentaire. Le financement soutiendra l’intégration du marché alimentaire régional en reliant les pays bénéficiaires, en consolidant leurs systèmes de réserves alimentaires et en renforçant le développement de chaînes de valeur régionales stratégiques, indique la Banque. « Faciliter le commerce de biens et d’intrants agricoles à l’intérieur et au-delà des frontières nationales en Afrique de l’Ouest est un élément clé pour lutter contre l’insécurité alimentaire dans la région », indique Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique occidentale et centrale.

Lire aussi : La Banque mondiale annonce un programme de 170 milliards $ pour aider les pays touchés par des crises

645 millions $ déjà débloqué contre 570 millions $ initialement prévu

L’approbation du nouveau financement porte le montant total du programme à 645 millions $ contre 570 millions $ initialement prévu pour le FRSP. La première phase du projet a été lancé en juin dernier. Elle a réuni quatre pays : Burkina Faso, Mali, Niger, Togo. Cette phase a concerné aussi trois organisations régionales dont la CEDEAO, le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF). Les deux phases ainsi lancées bénéficieront directement à 4,35 millions de personnes en Afrique de l’Ouest.

Lire aussi : Afrique de l’Ouest : la Banque mondiale approuve 570 millions $ pour lutter contre l’insécurité alimentaire

À la une