Madagascar : la Banque mondiale débloque 400 millions de dollars pour l’accès à l’énergie

0
584
Une centrale hydroélectrique.
La Banque mondiale débloque 400 millions de dollars pour l'accès à l'énergie à Madagascar.

Ce financement s’inscrit dans le cadre du Projet de connectivité numérique et énergétique pour l’inclusion à Madagascar (DECIM). Grâce à ce projet, 2 000 000 de ménages et plus de 150 villages auront accès à l’électricité.

Potentiellement 10 000 000 de personnes seront impactées par DECIM. L’institution de Bretton Woods a procédé a approuvé l’octroi du crédit de 400 millions de dollars, dimanche dernier. Les fonds permettront d’élargir l’accès aux énergies renouvelables et aux services numériques aux populations. Un projet qui permettra de doubler l’accès à l’énergie au pays. À cette date, seulement  33,7% de la population a accès au courant électrique. La mise en place du projet DECIM va permettre notamment d’accroître cette statistique jusqu’à 67%. Ce sont les communautés et villages éloignés qui n’ont pas encore accès à l’énergie qui vont bénéficier du projet. Parallèlement, 2 000 centres de santé et écoles bénéficieront également d’un meilleur accès aux énergies renouvelables et à la connectivité numérique. Par ailleurs, cette collaboration avec la Banque mondiale permettra à 3,4 millions de personnes d’accéder à Internet.

Lire aussi : Madagascar : des générateurs et ordinateurs solaires pour faciliter l’accès à l’électricité

Le Plan d’Action du Gouvernement orienté vers le développement énergétique

L’accès à l’énergie est l’une des priorités du gouvernement conformément au Velirano numéro 2 du président Andry Rajoelina. Avec le développement des énergies renouvelables sur le continent, Madagascar veut doubler sa production énergétique. Sur les cinq prochaines années, le gouvernement envisage une production de 500 MW. En dehors de Sahofika qui produit 192 MW, d’autres projets sont en cours de développement. Il s’agit notamment de la centrale hydroélectrique Mandraka III (6 MW), Volobe (120 MW) et Antetezambato (120 MW). Toutefois, les services publics ne sont pas encore parvenus à couvrir toute la demande nationale. Plus de 18 millions de personnes n’ont pas encore accès à l’électricité au Madagascar. Pour ce qui est de l’utilisation d’Internet, le gouvernement a enregistré des progrès. Même si pour le moment, la moyenne requise n’est pas atteinte. Alors que la moyenne régionale est de 33 % pour l’Afrique subsaharienne, Madagascar n’a actuellement qu’un taux de pénétration de 22 %.

Lire aussi : Le Parlement malgache autorise un accord de prêt de 81,3 millions € pour financer un projet de transport d’électricité