La BII investit 26millions$ pour améliorer la production alimentaire

0
230
Entrepôt de stockage de produits alimentaires
La BII, L'IFD et Investisseur d'impact accordent 26,5 millions $ pour améliorer la production alimentaire au Nigéria, en Ouganda et au Kenya.

British International Investment (BII), l’institution de financement de développement (IFD) du Royaume-Uni et investisseur d’impact engagent 26,5 millions de dollars en faveur d’AFEX. Les fonds sont destinés à soutenir l’amélioration de la production alimentaire au Nigéria, au Kenya et en Ouganda.

L’AFEX, la principale plateforme de matières premières en Afrique, bénéficie de 26,5 millions de dollars pour améliorer la production alimentaire de plusieurs pays. La plateforme exploite actuellement plus de 200 entrepôts au Nigeria, au Kenya et en Ouganda et sert plus de 450 000 agriculteurs. Le financement obtenu par l’AFEX vient en soutien aux améliorations structurelles dans le secteur agricole africain. Une initiation qui aidera de manière significative aux petits exploitants agricoles et entraînera une amélioration de la sécurité alimentaire.

Construction de 20 entrepôts modernes évolués

L’investissement de BII servira à construire 20 entrepôts modernes dans des emplacements stratégiques au Nigeria, au Kenya et en Ouganda. Les 20 entrepôts seront dotés de technologies évoluées et de logiciels de nouvelle génération qui capturent les prix après récolte. Le but étant d’augmenter le volume de nourriture disponible. Les solutions de stockage intelligentes ont en effet le potentiel de préserver la durée de vie des cultures récoltées. Les entrepôts supplémentaires fourniront 230 000 tonnes de capacité de stockage. Ce qui permettra à jusqu’à 200 000 agriculteurs supplémentaires d’accéder à un stockage à faible coût et de maximiser les ventes des récoltes. Une solution qui contribuera potentiellement à augmenter les revenus des agriculteurs de plus de 200 pour cent.

Lire aussi : Afrique : un investissement de 3 milliards de dollars annoncé pour stimuler l’agriculture et la production alimentaire

Contribuer à la réalisation des ODD des nations unies

Cet investissement contribuera à atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies. Il s’agit des ODD Faim Zéro (ODD2), Travail décent et croissance économique (ODD8) et Consommation et production responsables (ODD12).

« Cet investissement de British International Investment est un moment historique dans notre mission de révolutionner l’agriculture et d’élever la sécurité alimentaire à travers l’Afrique. En dirigeant de nouveaux capitaux vers le développement d’entrepôts technologiquement avancés et d’installations critiques, nous améliorons considérablement l’accès au marché et le potentiel de revenus des petits exploitants agricoles. Conformément aux ODD des Nations Unies, notre mission est de permettre à l’Afrique de se nourrir de manière efficace et durable. L’investissement d’aujourd’hui ne fait pas que propulser la croissance d’AFEX, il forge un avenir plus sûr et plus prospère pour tout un continent. » Déclare , Ayodeji Balogun, le PDG du groupe AFEX.

Lire aussi : BII soutient le progrès climatique avec un financement de 55 millions $

L’incertitude macroéconomique

En raison de l’incertitude macroéconomique, d’un accès limité au marché et d’une faible fiabilité des ventes des récoltes, les agriculteurs sont actuellement confrontés à des perspectives financières difficiles. Les rendements ont chuté et les revenus des agriculteurs sont de plus en plus affectés.

« Je suis fier du soutien de British International Investment, qui améliorera la productivité agricole et renforcera la sécurité alimentaire au Nigeria. Le secteur agricole constitue un pilier essentiel de l’économie nigériane, jouant un rôle important dans la création d’emplois et le potentiel d’investissement. Le Royaume-Uni a fourni un financement de démarrage à AFEX, et je suis ravi de voir l’entreprise se développer avec un tel succès. Nous sommes impatients de continuer à soutenir le secteur agricole du Nigeria et les opportunités qu’il offre pour sa croissance économique. » Se réjouit Jonny Baxter Le haut-commissaire adjoint britannique à Lagos.

Lire aussi : L’optimisation des terres accroît la production alimentaire et stocke davantage de carbone, révèle une étude

Générer plus de 700 emplois

Les fonds de la BII serviront également à développer une usine de transformation de soja au Nigéria, ainsi qu’une installation de séchage en Ouganda. Des installations qui généreront plus de 700 emplois temporaires et plus de 80 postes permanents.

« La Banque mondiale estime que la facture des importations alimentaires de l’Afrique a atteint 30 milliards de dollars au cours des dernières décennies. C’est pourquoi nous devons soutenir les entreprises axées sur la technologie comme AFEX, car elles contribuent à réduire le coût des importations en aidant les petits exploitants agricoles à accroître la production alimentaire locale, tout en augmentant leurs revenus. » Explique Nick O’Donohoe, le PDG de la BII.