La Côte d’Ivoire se dote d’une usine de transformation de noix de cajou d’une capacité de 60 000 tonnes par an

0
660
Usine-Côte-divoire
La Côte d’Ivoire a inauguré vendredi une usine de transformation de noix de cajou d’une capacité annuelle de 60 000 tonnes.

L’usine, baptisée Dorado Ivory et basée à Toumodi, devient désormais la plus grande installation de transformation de noix de cajou du pays.

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi a inauguré vendredi une usine de transformation de noix de cajou. L’installation, baptisée « Dorado Ivory« , est dotée d’une capacité de traitement allant à 60 000 tonnes par an.

La nouvelle usine s’étend sur une superficie de 12 hectares. Elle devrait employer jusqu’à 1 020 personnes, selon le Premier ministre ivoirien. Elle fait partie d’une cité ouvrière comprenant d’autres infrastructures, telles qu’une crèche, une infirmerie, un restaurant et un centre de formation.

Lire aussi : Finnfund décaisse 10 millions $ pour favoriser la production durable de noix de cajou en Côte d’Ivoire

« L’inauguration de cette unité de transformation de noix de cajou représente un investissement de plus 15 milliards de FCFA. C’est une usine aux meilleurs standards mondiaux, extrêmement productive et compétitive. L’unité Dorado Ivory est un site industriel majeur pour la promotion de la filière anacarde en Côte d’Ivoire », a indiqué Patrick Achi, cité par l’AIP.

Rappelons que la Côte d’Ivoire est le premier producteur de noix de cajou au monde. La production de noix brute du pays a atteint 1 million de tonnes en 2021, soit 25 % de l’offre mondiale. La noix de cajou est devenue le deuxième produit le plus largement exporté par le pays ouest-africain, derrière le cacao. Toutefois, la transformation locale de la matière première est très faible, en raison du manque d’infrastructures adéquates.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : la noix de cajou devient le deuxième produit d’exportation agricole après le cacao