La Côte d’Ivoire vise une production de 500 000 tonnes de poisson d’ici 2030

0
1082
Le Programme stratégique de transformation de l’aquaculture en Côte d’Ivoire (PSTACI) permettra au pays d'avoir une certaine indépendance alimentaire. Le besoin national en protéines animales et halieutiques pourra être satisfait localement.

Le gouvernement ivoirien mettra en œuvre un programme qui devrait permettre au pays de produire 500 000 tonnes de poisson d’ici 2030.

Le Programme stratégique de transformation de l’aquaculture en Côte d’Ivoire (PSTACI) sera bientôt lancé. Il permettra au pays de produire environ 500 000 tonnes de poisson à l’horizon 2030, avec une chaîne de valeur estimée à environ 1, 4 milliard $. L’objectif est de réussir à réduire significativement la dépendance extérieure en protéines animales et halieutique. 

Créer plus d’emplois

D’après Fraternité Matin, le PSTACI fera du secteur aquacole un instrument majeur de croissance économique et de lutte contre la pauvreté. Il permettra d’assurer la sécurité alimentaire et de créer des emplois. 

Le programme prévoit la création de Zones économiques d’aquaculture durable (ZEAD). Ces zones regrouperont sur un même site tous les maillons de l’activité aquacole. Un projet pilote portant sur la création de fermes sur le lac Koubi, le lac Loka et à Grand-Lahou sera lancé dès le premier trimestre 2022. 

Lire aussi : Afrique : la Côte d’Ivoire veut transformer au moins 30% de sa production de noix de Cajou en 2022

Pour rappel, la Côte d’Ivoire importe actuellement au moins 90 % de ses ressources halieutiques. La contribution de l’aquaculture à la production nationale de produits halieutiques est de l’ordre de 5 000 tonnes. Ce sous-secteur représente environ 14 000 emplois dont 6 000 emplois directs et environ 8 000 emplois indirects.