La crise alimentaire touche près de 300 millions de personnes en Afrique (FAO)

0
709
En Afrique, le problème de la faim gagne du terrain. Près de 300 millions d'africains sont concernés.

La crise alimentaire gagne plus de terrain chaque année en Afrique. L’alerte a été lancée mardi par la Commission de l’Union africaine (CUA), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA).

Un nouveau rapport interactif a été mis en ligne ce mardi sur le site web de la FAO . Selon ce dernier, le nombre de personnes souffrant de la faim en Afrique continue de progresser. Cette situation est alimentée par les conflits, le changement climatique et les ralentissements économiques, notamment ceux déclenchés par la Covid-19. 

Les trois agences à l’origine du rapport appellent les pays africains à transformer urgemment leurs systèmes agroalimentaires. Ceux-ci doivent s’engager et tirer parti des résultats du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires et de la COP 26. « Une vision commune, un leadership politique fort et une collaboration intersectorielle efficace, qui inclut le secteur privé, sont essentiels pour parvenir à des compromis. Il faut également identifier et mettre en œuvre des solutions durables qui transforment les systèmes agroalimentaires », peut-on lire dans le rapport.

Lire aussi : 33 pays africains ont besoin d’une aide alimentaire extérieure (FAO)

Des chiffres inquiétants

La faim sur le continent s’est considérablement aggravée depuis 2013, indique le rapport. La majeure partie de cette détérioration s’est produite entre 2019 et 2020. La situation devrait encore se détériorer cette année, sans que les principaux facteurs de la faim ne s’atténuent.

En 2020, 281,6 millions d’Africains étaient sous-alimentés, soit une augmentation de 89,1 millions par rapport à 2014, selon le rapport. Les niveaux et les tendances de la faim varient considérablement d’une sous-région à l’autre. Environ 44 % des personnes sous-alimentées sur le continent vivent en Afrique de l’Est et 27 % en Afrique de l’Ouest. 20 % résident en Afrique centrale, contre 6,2 % en Afrique du Nord et 2,4 % en Afrique australe.

Les mesures à court terme pour relever le défi de la faim comprennent une assistance humanitaire et des mesures de protection sociale efficaces, indique le rapport. À plus long terme, les pays devront investir dans l’agriculture et dans les secteurs connexes. Améliorer leurs services d’approvisionnement en eau, de santé et d’éducation pourrait également contribuer à atténuer le problème.