La croissance du Malawi passera par le renforcement de ses capacités d’adaptation au changement climatique (Banque mondiale)

0
457
Lac Chilwa
L’assèchement du lac Chilwa, au Malawi.

Le Malawi doit prendre des mesures pour accélérer les investissements dans les infrastructures résilientes au changement climatique et mettre fin à la dégradation des sols et à la disparition des forêts.

Le Malawi aura plus de mal à atteindre ses objectifs de développement en raison du changement climatique. Pour contrer efficacement le phénomène, le pays devra effectuer des investissements supplémentaires dans l’adaptation au changement climatique, selon le Rapport national sur le climat et le développement (CCDR) de la Banque mondiale pour le Malawi.

Selon le rapport, le Malawi doit prendre des mesures pour accélérer les investissements dans les infrastructures résilientes au changement climatique et mettre fin à la dégradation des sols et à la disparition des forêts. En donnant la priorité à ces actions, le pays pourrait réduire de trois quarts le nombre de ménages vulnérables qui, autrement, tomberaient dans la pauvreté.

« La voie de la croissance économique du Malawi est constamment interrompue par les chocs climatiques, laissant des millions de personnes piégées dans la pauvreté pendant plusieurs décennies », a affirmé Hugh Riddell, directeur national de la Banque mondiale pour le Malawi.

Lire aussi: Le Royaume-Uni fournira 200 millions £ pour soutenir l’adaptation climatique en Afrique

Des millions de ménages menacés

Le changement climatique réduit la résilience des ménages et pourrait augmenter les taux de pauvreté au Malawi. Selon la Banque mondiale, il pourrait faire basculer deux millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté au cours des dix prochaines années.

« Le changement climatique rendra plus difficile pour le Malawi d’atteindre les objectifs ambitieux de la Vision 2063. Il est crucial pour le pays de commencer à s’attaquer à la résilience climatique dès maintenant, en commençant par des priorités à faible coût et à fort impact, comme le soulignent notre plan de développement et le CCDR », a déclaré Eisenhower Mkaka, ministre des ressources naturelles et du changement climatique.

Des réformes nécessaires

La marge de manœuvre budgétaire limitée du Malawi à court terme nécessite de trouver des sources de financements supplémentaires. Celles-ci peuvent être des dons et des financements publics concessionnels, ainsi que des apports du secteur privé. 

Le Malawi peut également optimiser l’utilisation des ressources du secteur public, des financements publics internationaux et des investissements privés en minimisant les coûts de transaction et en trouvant de nouvelles approches du développement qui n’augmentent pas la dette publique. « Le secteur privé a un rôle important à jouer pour aider le Malawi à la fois à accélérer la croissance et à réduire la pauvreté et à répondre aux effets du changement climatique sur son économieEn levant les obstacles à l’investissement, les secteurs public et privé peuvent travailler ensemble pour mobiliser des financements en faveur du développement résilient au changement climatique du pays », a déclaré Madalo Minofu, directeur national de l’IFC pour le Malawi. 

Lire aussi: Les pays du Sahel doivent prioriser l’adaptation climatique pour mieux faire face à la crise climatique et à l’insécurité alimentaire