La FAO veut mobiliser 138 millions $ pour contrer la famine dans la Corne de l’Afrique

0
730
Rein Paulsen, Directeur du Bureau des urgences et de la résilience de la FAO.

Une lourde menace d’insécurité alimentaire plane sur la Corne de l’Afrique, a averti lundi l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). La région a été récemment frappée par des invasions acridiennes et la pandémie de Covid-19. Elle subit actuellement une troisième année consécutive de pluies insuffisantes.

La FAO a appelé, lundi, à mobiliser d’urgence 138 millions $, afin d’aider des millions de cultivateurs et d’éleveurs vulnérables dans la Corne de l’Afrique. En effet, la région est exposée depuis plusieurs mois à une insécurité alimentaire grandissante.

Selon la FAO, une troisième saison de sécheresse due à La Niña fait craindre le pire. « Il est urgent de soutenir les pasteurs et les exploitations agricoles de la Corne de l’Afrique, immédiatement, car le cycle des saisons n’attend pas », a déclaré Rein Paulsen, Directeur du Bureau des urgences et de la résilience de la FAO.

Vers l’une des « pires crises alimentaires au monde »

Selon les estimations de la FAO, plus de 25 millions de personnes se trouveront dans une situation d’insécurité alimentaire très aiguë d’ici mi-2022. Ce scénario pourrait devenir l’une des «  pires crises alimentaires au monde », a alerté Rein Paulsen.

Lire aussi : La rareté des pluies provoque une insécurité alimentaire majeure en Afrique de l’Est

Le plan de la FAO appelle à la mobilisation de plus de 138 millions $ pour contrer la menace. Sur ce montant, 130 millions doivent être débloqués d’ici fin février pour apporter une aide d’urgence aux plus vulnérables. Il est nécessaire « d’agir rapidement et au bon moment pour fournir de l’eau, des semences, des aliments pour animaux, des soins vétérinaires et de l’argent aux familles rurales en danger », a indiqué l’organisation.

Notons que le programme de la FAO apportera un soutien à 1,5 million de personnes parmi les populations rurales les plus exposées. Il permettra de fournir des aliments pour animaux aux éleveurs, ainsi que des intrants et des semences pour les agriculteurs. Il fournira également de la nourriture aux personnes les plus exposées à la crise.