La fintech ghanéenne Float lève 17 millions $ pour offrir des lignes de crédit aux entreprises

0
640
Avec ces fonds, la fintech Ghanéenne Float compte renforcer sa présence sur le continent et améliorer ses offres.

La fintech ghanéenne Float vient de lever un montant de 17 millions $. Ces fonds permettront à l’entreprise de renforcer son offre et d’élargir sa présence sur le continent.

L’entreprise ghanéenne Float, qui fournit des lignes de crédit aux entreprises, vient de lever 17 millions $. Cette somme permettra à la fintech d’améliorer ses services et de s’étendre géographiquement.

L’opération de financement a été dirigée par les sociétés Tiger Global et JAM Fund. Elle a connu la participaion de plusieurs investisseurs, dont Cauris, Kinfolk, Soma Capital et Magic Fund.

Lire aussi : Nigéria : SeamlessHR lève 10 millions $ pour s’étendre sur le continent

Résoudre les difficultés d’accès aux crédits pour les PME

Anciennement connue sous le nom de Swipe, Float a été lancée en 2020 par l’entrepreneur Jesse Ghansah. « Nous avions besoin de crédit et avons fait appel à une banque partenaire de longue date où nous avions effectué plus de 100 000 $ de transactions. Mais la banque voulait que nous déposions 100% de garantie en espèces avant de pouvoir accorder le crédit », a-t-il déclaré à TechCrunch dans une interview en juin. « Je me souviens aussi avoir pris de l’argent à des usuriers avec des taux d’intérêt ridicules, parfois aussi élevés que 20% par mois, pour faire face à la masse salariale. Cela m’a poussé à résoudre ces problèmes avec Float », a-t-il ajouté.

Ce problème touche près de 51 % des 44 millions de PME formelles d’Afrique subsaharienne. Elles estiment avoir besoin de plus de financements et de crédits auxquels elles n’ont pas accès, pour développer leur entreprise. « Avec ce nouveau financement, nous continuerons à affiner nos produits de crédit et logiciels pour offrir les meilleures expériences à notre clientèle en croissance rapide. Nous sommes ravis d’être le partenaire de croissance de choix pour les entreprises en Afrique ».