La hausse des prix des matières premières pourrait aider l’Afrique du Sud à réduire sa dette

0
716
Enoch Godongwana, Ministre des Finances, Afrique du Sud

La flambée mondiale des prix des produits miniers pourrait aider le pays à relancer son économie.

La hausse des prix des matières premières devrait aider l’Afrique du Sud à réduire sa dette plus tôt que prévu. Le pays, qui dépend fortement de l’industrie, pourrait éviter une crise d’endettement imminente, grâce à l’exploitation minière.

Lire aussi : L’Afrique du Sud annonce des investissements d’une valeur de 1,6 milliard $ dans son secteur maritime

Selon le Financial Times, l’industrie minière sud-africaine a profité de la flambée des prix du platine, du minerai de fer et d’autres matières premières l’année dernière. La demande mondiale de celles-ci a augmenté après l’amélioration des conditions pandémiques.

Cette semaine, Anglo American Platinum, le plus grand producteur de platine au monde, a annoncé une augmentation de ses bénéfices globaux en Afrique du Sud. Ceux-ci ont augmenté de 160 %, atteignant près de 80 milliards de rands (5 milliards $) en 2021.

Un niveau de dette croissant

La mauvaise gouvernance, les renflouements coûteux des entreprises publiques et la flambée des salaires du secteur public ont pesé ces dernières années sur l’économie sud-africaine.

L’année dernière, les restrictions sanitaires imposées par la pandémie ont encore plus paralysé les activités économiques. A cela, s’est ajoutée une vaste affaire d’escroquerie par les sociétés aurifères du pays.

Lire aussi : Afrique du Sud : Tshwane coupe l’électricité et l’eau à Pretoria pour récupérer 1,1 milliard $ de dettes

« Notre reprise économique a été ralentie et les risques d’une crise restent élevés. Nous devons procéder avec prudence », a déclaré le ministre des Finances Enoch Godongwana, dans son discours sur l’état des finances, prononcé hier. Il a rassuré que le gouvernement mettrait un plan en œuvre pour stabiliser au plus tôt sa dette. Toutefois, « le fardeau de la dette sud-africaine reste un sujet très précoccupant », a noté Enoch Godongwana.