La Namibie entend définir un cadre juridique pour l’hydrogène vert

0
544
Obeth Kandjoze, directeur de la Commission nationale de planification, Namibie

Le gouvernement namibien veut mettre en place un cadre juridique pour réglementer son projet d’hydrogène vert. L’annonce a été faite mercredi par le directeur de la Commission nationale de planification, Obeth Kandjoze.

La Namibie va se doter d’un nouveau cadre juridique portant sur l’hydrogène vert. Il permettra d’encadrer un projet d’exploitation de cette ressource, prévu pour démarrer cette année. 

Selon Obeth Kandjoze, les réglementations actuelles sur l’exploitation minière ne suffisent pas à régir l’industrie de l’hydrogène vert. Il est donc nécessaire pour le pays de définir de nouveaux textes législatifs. « Notre commissaire au pétrole travaille déjà d’arrache-pied compte tenu des changements envisagés. Le projet s’appuie sur d’autres textes législatifs existants, tels que la loi sur la conservation de la nature », a déclaré le commissaire à l’hydrogène, James Mnyupe, à The Namibian.

Le gouvernement procédera à une vérification approfondie des textes avec le soumissionnaire préféré au cours des prochaines négociations. Cela permettra aux deux parties d’envisager des considérations juridiques plus larges.

Lire aussi: La Namibie pourrait devenir un leader mondial de la production d’hydrogène vert

Un projet de grande envergure

Le projet d’hydrogène vert namibien vise à générer 5 gigawatts d’énergie renouvelable. À terme, il produira jusqu’à 300 000 tonnes d’hydrogène vert par an, à destination des marchés régionaux et internationaux.

Le gouvernement a désigné la firme Hyphen Hydrogen Energy comme soumissionnaire préféré du projet. La société pourra construire et exploiter le projet, pour une durée de 40 ans. Il devrait entrer en phase d’exploitation dès 2026. Il faut préciser qu’il sera exécuté dans une zone réservée du parc national de Tsau Khaeb. « Ce parc est la base même de notre future industrie émergente. Nous examinerons comment faire de notre hydrogène une industrie émergente forte », a affirmé Obeth Kandjoze.