La NMA alerte : le Nigeria risque de perdre plus de 50 % de son personnel de santé qualifié d’ici 2025

0
116
Nigeria perte de personnel de santé qualifié
Selon l'Association médicale nigériane (NMA), le pays pourrait perdre plus de 50 % de personnel de santé qualifié d'ici 2025.

L’Association médicale nigériane (NMA) a annoncé que le pays pourrait perdre plus de 50 % de personnel de santé qualifié d’ici 2025. Cette situation est due à la migration des agents de santé, notamment des médecins et des infirmières. L’indice a été révélé ce mardi par le président de la branche de l’État d’Ogun, le Dr Azim Ashimi.

Détérioration des indices de santé

Ashimi a déclaré que la migration des agents de santé avait entraîné une détérioration des indices de santé et des pertes de vies gratuites. « Les dernières années ont été particulièrement difficiles pour le secteur de la santé au Nigeria, compte tenu de l’exode incessant du personnel de santé, en particulier des médecins et des infirmières », a fait savoir le Dr Ashimi, tout en exprimant ses préoccupations face à l’attitude des gouvernements fédéral et étatique envers le développement.

Selon le Dr Ashimi, les gouvernements à tous les niveaux au Nigeria semblent minimiser ce problème. En effet, il a souligné qu’aucun effort tangible et visible n’a été déployé pour retenir cette main-d’œuvre essentielle.

Lire aussi : Nigeria : Le Royaume-Uni débloque 2,5 millions $ pour renforcer le personnel de santé

Perte de plus de 50 % du personnel de santé qualifié du Nigeria

Par ailleurs, il met en évidence les déclencheurs d’un tel exode qui continue d’augmenter quotidiennement. Il s’agit précisément de la hausse de l’inflation et de l’insécurité. À en croire le Dr Ashimi, d’ici fin 2025, il est probable que le Nigeria enregistre une perte de plus de 50 % de son personnel de santé qualifié. De plus, il a précisé qu’il serait téméraire d’espérer les professionnels les plus jeunes et les moins qualifiés pour défendre leur cause. En effet, ceux-ci représentent un pourcentage significatif de ceux qui ne veulent pas rester, comme l’indique le Dr Ashimi. Il a donc exhorté les gouvernements à s’intéresser au secteur de la santé avant qu’il ne s’effondre complètement.

« Nous continuerons cependant à faire de notre mieux jusqu’aux limites de nos capacités humaines en implorant l’État d’Ogun et les gouvernements fédéraux de faire le nécessaire en employant un nombre approprié de médecins pour occuper les différents établissements de santé dont disposent les gouvernements au cours de la période. Depuis des années, nous construisons, rénovons ou modernisons », a déclaré le Dr Ashimi.

Lire aussi : 37 pays africains manquent cruellement de personnel de santé (OMS)