La RDC récupère des objets braconnés d’une valeur de 3,5 millions $

0
715
Les écailles de pangolin au marché noir

La République démocratique du Congo (RDC) a saisi pour 3,5 millions $ d’ivoire, de cornes de rhinocéros et d’écailles de pangolin. Ces objets ont été récupérés dans le cadre d’une opération conjointe avec les services de renseignement américains.

Les forces de l’ordre congolaises ont saisi près d’une tonne d’ivoire et 34 kg d’écailles de pangolin, dans plusieurs endroits à Kinshasa. L’annonce a été faite par l’ambassade américaine près le pays, dans un communiqué.

Les autorités congolaises s’attendent à saisir plus de 60 tonnes d’ivoire supplémentaires, dans le cadre d’opérations parallèles, selon Olivier Mushiete, directeur de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

« Nous démantelons un réseau international de trafiquants qui viennent principalement du Congo. Nous avons déjà saisi jusqu’à 20 tonnes d’objets braconnés. Ce n’est pas encore fini. Il y aura d’autres opérations dans les prochains jours », a déclaré Olivier Mushiete, cité par Reuters.

Un phénomène qui touche principalement l’Afrique subsaharienne

La corruption, le manque de fermeté dans l’application des textes et les conflits ont rendu l’Afrique de l’Ouest et du Centre vulnérable aux criminels internationaux. Ces derniers ont fait de la région, un foyer de trafic d’ivoire et de pangolin vers l’Asie, ces dernières années.

Le Congo a saisi 20,9 tonnes d’ivoire de 2015 à 2019, contre seulement 7,8 tonnes au cours des 16 années précédentes, selon l’Agence d’enquête environnementale. « Le trafic illicite d’espèces sauvages (…) prive la RDC de ses trésors naturels et sert également à financer des groupes armés et le terrorisme », a déclaré Mike Hammer, ambassadeur des États-Unis à Kinshasa.

Lire aussi : Afrique du Sud : des cornes de rhinocéros radioactives pour décourager les braconniers