La RDC signe un contrat avec DP World pour construire le port en eau profonde de Banana

0
878
Cérémonie de signature du contrat de concession pour la construction du port en eaux profondes de Banana entre l'Etat congolais et le groupe DP World

La République démocratique du Congo a signé un contrat avec DP World pour la construction du port de Banana, à l’entrée du fleuve Congo. Le projet initié il y a plus de huit décennies sera enfin réalisé.

La RDC vient de signer la concession du port en eau profonde de Banana avec DP World. La construction du port se fera en quatre phases. La première phase devrait commencer au premier trimestre 2022. Les travaux dureront deux ans. Le projet nécessitera un investissement total d’un milliard de dollars. Le port sera la première infrastructure économique majeure de la RDC sur l’Atlantique.

Installer un terminal portuaire d’une capacité de 332 000 conteneurs par an 

Le projet consistera à construire un embarcadère de 600 mètres et une plateforme de stockage de 25 hectares. Ces installations permettront de déchargement de grands porte-conteneurs. Le terminal portuaire aura une capacité annuelle de 332 000 conteneurs et de plus de 1,3 millions de tonnes de marchandises, rapporte France Info. Dans le cadre de cet accord, la RDC a confié la concession du port à DP World pour une période de 30 ans.

DP World est spécialisée dans la construction, la gestion et la maintenance de grands ports. L’entreprise « compte à son actif plus de 80 ports internationaux. Cette expertise la place au 3e rang mondial », indique un communiqué de la présidence congolaise.

Lire aussi:

2 millions € de l’UE pour améliorer le transport fluvial en Afrique centrale

Manque d’infrastructures au port de Banana 

Actuellement, le port de Banana ne dispose que d’un seul embarcadère d’environ 75 mètres de long. Ce quai est situé dans une baie, à l’écart du cours principal du fleuve. Cet espace n’accueille que des bateaux ayant un tirant d’eau inférieur à cinq mètres. En outre, le port ne dispose pas de manutention fonctionnelle, informe France Info. Ainsi, les bateaux déchargent avec leurs propres moyens. Par conséquent, l’accès au transport de petites marchandises est limité. Un entrepôt de 2500 m2 est disponible pour le stockage. Le projet permettra à la RDC de mieux maîtriser son trafic commercial.