La Tanzanie veut introduire les sciences robotiques pour accélérer son développement numérique

0
757
Un jeune lycéen tanzanien qui a conçu un robot à énergie solaire

La Tanzanie a lancé un programme de sciences robotiques. Cette initiative permettra au pays de booster son développement technologique. Ce projet pourrait aider au développement des secteurs de l’agriculture et de la santé.

L’Université publique de Dodoma en Tanzanie et la Fondation africaine Nelson Mandela pour la science et la technologie ont lancé un nouveau programme de sciences robotiques. L’objectif est d’introduire la science robotique en Tanzanie. Cela permettra d’accélérer le développement technologique du pays.

Création d’un laboratoire scientifique à l’université de Dodoma

« La Tanzanie doit adopter toutes sortes de nouvelles technologies pour entrer dans le monde numérique », a déclaré le secrétaire permanent adjoint du ministère tanzanien des communications et des technologies de l’information, Mohamed Khamis Abdullah. La mise en œuvre du programme commencera par la création d’un laboratoire scientifique à l’université de Dodoma, a-t-il précisé.

Selon le responsable du programme scientifique de robotique à l’université de Dodoma, Ally Nyamawe, le programme sera déployé en trois phases. Il s’agit de la recherche, de la formation et de l’innovation.

Lire aussi:

La Tanzanie compte connecter la RDC à son réseau de fibre optique

Tanzanie : Lancement de la délivrance de permis électroniques pour les aéronefs étrangers

Un programme qui soutiendra le développement des secteurs de l’agriculture et de la santé

Pour Mohamed Khamis Abdullah, ce programme faciliterait la transition numérique du pays. Selon lui, les sciences robotiques ne représentent aucune menace pour l’emploi. De plus, le programme soutiendra des secteurs tels que l’agriculture et la santé. « Les technologies qui seront introduites permettront de soutenir des secteurs tels que l’agriculture et la santé », a déclaré Mohamed Khamis Abdullah. Le programme soutiendra également le développement du pays, a ajouté Emmanuel Luoga, vice-chancelier de la Fondation africaine Nelson Mandela pour les sciences et technologies.