La Tanzanie veut réduire le taux de chômage en promouvant le secteur privé

0
933
Samia Suluhu Hassan, présidente de la Tanzanie

Le gouvernement tanzanien entend lutter contre le chômage des jeunes. La présidente, Samia Suluhu Hassan, a annoncé son ambition de créer des opportunités d’emploi durables dans le pays.

La Tanzanie veut mettre en œuvre des projets pour créer des opportunités d’emploi pour les jeunes. La présidente du pays Samia Suluhu Hassan a fait l’annonce le week-end dernier. Pour atteindre cet objectif, les autorités du pays veulent s’appuyer sur le secteur privé.

Le secteur privé, clé de la création d’emplois

La Tanzanie a déjà engagé des réformes pour favoriser le développement du secteur privé. Le gouvernement a décidé de créer un climat favorable aux investissements. Les autorités ont réduit les formalités administratives et amélioré la réglementation. En outre, des efforts ont été faits pour investir dans des projets d’infrastructure. Plusieurs structures ont été construites pour favoriser l’investissement. L’objectif est d’impliquer le secteur privé dans le programme de développement dans de multiples secteurs. Cela lui permettra d’avoir un impact sur l’économie et la création d’emplois.

Lire aussi: Tanzanie : FAPA lance un projet de soutien aux petites et moyennes entreprises (PME)

Plus de 14 000 emplois créés grâce aux efforts du gouvernement

Actuellement, le gouvernement accorde des prêts aux jeunes pour leur autonomisation. En outre, le gouvernement a alloué 1 milliard $ au Fonds de développement de la jeunesse. Ce fonds a été créé pour répondre au problème du chômage des jeunes dans le pays. Il devrait permettre aux jeunes de créer leurs propres opportunités d’emploi. Les efforts du gouvernement de la présidente Samia Suluhu Hassan ont déjà permis de créer plus de 14 000 emplois dans le pays, informe Daily News.

En Tanzanie, les jeunes sont exposés à un taux de chômage élevé et à de mauvaises conditions d’emploi. Il existe une inadéquation entre leurs compétences et les besoins du marché du travail. Ces difficultés ont été exacerbées par l’épidémie de Covid-19. Cette pandémie a entraîné la fermeture de nombreuses entreprises et des licenciements. Cela a contribué à une augmentation du taux de chômage.