L’AFD accorde 25 millions € au Sénégal pour relancer l’industrie pharmaceutique

0
735
Amadou-Hott
Amadou Hott, ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération Internationale du Sénégal.

L’Agence française de développement (AFD) accorde un prêt de 25 millions € au Sénégal. Ce prêt servira à financer le Programme d’appui à la relance de l’industrie pharmaceutique.

Le Sénégal et l’Agence française de développement (AFD) ont signé hier un accord de financement de 25 millions €. Le financement servira à la mise en œuvre du Programme d’appui à la relance de l’industrie pharmaceutique, rapporte l’APS. La convention a été signée entre le ministre sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott et l’ambassadeur de France au Sénégal, Philippe Lalliot.

Un programme pour assurer la souveraineté pharmaceutique du Sénégal

 « La signature de cette convention de prêt de 25 millions € de l’AFD permettra au Sénégal de mobiliser un important financement pour la relance de l’industrie pharmaceutique pour assurer la souveraineté pharmaceutique du pays », a déclaré Philippe Lalliot. Selon le ministre Amadou Hott, ce montant sera investi dans le projet MADIBA (Manufacturing in Africa for Disease Immunisation and Building Autonomy). Ce projet financé par l’AFD est porté par l’Institut Pasteur de Dakar. Il constitue le pilier majeur de la stratégie de relance de l’industrie pharmaceutique, précise Amadou Hott. Ces projets aideront le pays à être un hub dans la production de vaccins en Afrique, a-t-il ajouté.

Lire aussi : L’Allemagne soutient la production de vaccins anti-covid au Sénégal à hauteur de 20 millions €

Promouvoir le développement de projets industriels

À travers ce projet, le gouvernement prévoit de mettre en place un cadre réglementaire renforcé et des institutions de régulation pharmaceutique. Cela permettra d’assurer l’ouverture du capital aux non-professionnels privés, en garantissant la qualité, la sécurité et l’efficacité des produits de santé disponibles.

Les autorités du pays entendent œuvrer à la création d’un environnement favorable aux investissements pour le développement de projets industriels. L’objectif étant de faire du secteur pharmaceutique, un secteur producteur de valeur économique et d’emplois, rapporte l’APS. « Les instructions ont été données dans ce sens par le président de la République pour mobiliser les ressources financières, matérielles et humaines nécessaires, notamment pour la mise en place de l’Autorité de régulation pharmaceutique », a indiqué Amadou Hott. Le programme permettra au Sénégal de produire des vaccins pour sa population et de produire des vaccins pour d’autres pays africains.

Lire aussi : Covid-19 : un accord d’embouteillage vient d’être signé pour la production du vaccin au Sénégal