L’Afrique doit investir entre 137 et 177 milliards $ pour combler le déficit d’infrastructures d’ici 2025

0
486
Déficit Infrastructures
L’Afrique a besoin de mobiliser entre 137 et 177 milliards $ pour combler son déficit en infrastructures d'ici 2025.

L’Afrique doit mobiliser entre 137 et 177 milliards $ pour combler le déficit d’infrastructures d’ici 2025. Selon les ministres africains des finances, il est important de mobiliser des ressources pour transformer les économies et stimuler l’industrialisation.

Les ministres africains des finances ont souligné l’importance pour le continent de mobiliser des ressources et d’accélérer la reprise économique. C’était lors de la 55ème session de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, qui s’est tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie. Cette conférence leur a permis d’adopter une déclaration ministérielle soulignant la nécessité de transformer les économies africaines et de stimuler l’industrialisation.

Lire aussi : L’Afrique doit investir jusqu’à 63 000 milliards FCFA par an pour combler son déficit en infrastructures

66 milliards $ d’investissements nécessaires dans le secteur de la santé

En Afrique, de multiples crises ont sapé deux décennies de progrès en matière de développement et augmenté la pauvreté, indique lejecos.com. Selon les ministres, l’Afrique devra investir près de 66 milliards $ dans ses systèmes et infrastructures de santé. Entre 137 et 177 milliards $ seront nécessaires pour combler le déficit d’infrastructures du continent d’ici 2025.

L’Afrique n’atteindra pas les ODD 1 et 10 avant 2030

Selon les ministres des finances, l’Afrique risque de ne pas atteindre un grand nombre d’objectifs de développement durable (ODD), notamment les ODD 1 et 10. Ces deux objectifs prévoient l’éradication de l’extrême pauvreté et la réduction des inégalités d’ici 2030. Les ministres ont souligné la nécessité de protéger les populations vulnérables contre l’inflation galopante. L’inflation devrait atteindre 12,4 % en Afrique, cette année.

Selon la déclaration ministérielle, l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) augmentera le commerce intra-africain. Il favorisera l’agro-industrie, les services, l’industrie, l’énergie et l’exploitation minière. L’accord attirera les investissements transfrontaliers.

Lire aussi : L’Afrique a besoin d’investissements privés dans les infrastructures