Nouvelle initiative en 2024 : l’Afrique s’engage dans l’amélioration de la santé mentale

0
146
Santé mentale
Le Centre africain de recherche sur la population et la santé (APHRC) lancera une nouvelle initiative en 2024 pour la santé mentale.

Le Centre africain de recherche sur la population et la santé (APHRC) est sur le point de lancer une nouvelle initiative en 2024 pour la santé mentale. L’objectif de l’initiative est de combler les lacunes existantes dans notre compréhension de l’anxiété, de la dépression et de la psychose. Fruit d’une collaboration avec Wellcome, elle vise également à améliorer les pratiques de prise de décision axées sur des données probantes en Afrique.

Stimuler l’innovation et remodeler l’environnement de la santé mentale

Le Prix sur les données en santé mentale en Afrique s’engage dans une aventure transformatrice, en exploitant les données existantes et les connaissances basées sur les données. Il souhaite stimuler l’innovation et remodeler l’environnement de la santé mentale. Cet objectif sera atteint grâce à une recherche qui déterminera les défis tout en renforçant les capacités du continent en matière de données.

Mise en place des équipes pluridisciplinaires

Dans le cadre de cette initiative, des équipes pluridisciplinaires seront constituées pour générer des innovations évolutives et des connaissances basées sur des données. Il s’agit notamment de celles qui amélioreront notre compréhension de l’anxiété, de la dépression et de la psychose en Afrique.

Le Prix soutenu par Wellcome est le premier du genre et est accessible aux innovateurs, aux chercheurs et aux startups. Ces initiatives participeront à une compétition pour 5 à 10 prix, chacun d’une valeur de 200 000 livres sterling, avec un financement qui couvre 12 mois.

Lire aussi : L’OMS appelle à investir dans la santé mentale en Afrique

Renforcement des capacités sur cinq mois

Les personnes intéressées ont la possibilité de s’inscrire à un programme gratuit de renforcement des capacités sur cinq mois. Ce programme vise à les soutenir dans l’exploitation de tout le potentiel de la science des données, de l’analyse statistique avancée et des algorithmes d’apprentissage automatique adaptés aux applications de santé mentale sur le continent. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Afrique abritait 116 millions de personnes vivant avec un trouble mental avant la pandémie de COVID-19.

La forte prévalence des troubles mentaux est provoquée par les difficultés de la vie quotidienne, les conflits généralisés, les urgences de santé publique et d’autres facteurs. Cette situation a fortement impacté la vie des gens, perturbant leur capacité à travailler et à s’épanouir. Cela a entraîné une perte de productivité, de grandes souffrances et une douleur émotionnelle pour les individus, leurs familles et leurs communautés. Cependant, l’accès à des soins de santé mentale de qualité en Afrique demeure limité. La principale cause ici est l’insuffisance des investissements dans les services de prévention, de traitement et de réadaptation.

Par ailleurs, les données complètes et actualisées peuvent contribuer à une meilleure compréhension de l’anxiété, de la dépression et de la psychose. Elles favoriseront également l’évaluation de l’accès aux services de santé mentale et à l’identification des interventions efficaces. Ces données représentent la base des stratégies ciblées souhaitant relever les défis actuels en matière de santé mentale en Afrique.