L’Algérie entend investir 40 milliards $ dans son secteur minier

0
1000
Toufik Hakkar, PDG du groupe Sonatrach

La compagnie pétrolière publique algérienne Sonatrach a révélé un plan d’investissement de 40 milliards $ dans le secteur minier. Ces fonds soutiendront l’exploration, la production et le raffinage du pétrole et du gaz. Prévu pour durer cinq ans à partir de 2022, ce plan augmentera la compétitivité du pays sur le marché des hydrocarbures.

« Le plan d’investissement entre 2022 et 2026 est d’environ 40 milliards $, dont 8 milliards $ en 2022 », a déclaré le PDG du groupe, Toufik Hakkar. « La plus grande part sera consacrée à l’exploration et à la production, afin de préserver nos capacités de production, ainsi qu’à des projets dans le domaine du raffinage pour répondre à la demande nationale en carburant », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Cobalt et cuivre : la RDC veut attirer plus d’investissements dans l’exploitation de ses gisements

Les infrastructures prévues par le plan quinquennal comprennent une raffinerie dans le champ pétrolier de Hassi Messaoud, l’extension de la raffinerie de Skikda et la mise en service du quatrième turbocompresseur de l’oléoduc Medgaz. Notons qu’un tiers des investissements sont réalisés par les partenaires étrangers de la Sonatrach.