fbpx
25 C
Cotonou
samedi 20, août 2022

L’Algérie, le Nigeria et le Niger signent un protocole d’accord pour la construction du gazoduc transsaharien

À lire absolument

Peu après avoir exprimé leur intention de relancer le projet de gazoduc transsaharien, l’Algérie, le Nigeria et le Niger ont signé un protocole d’accord pour sa réalisation. Cet accord leur permettra de poursuivre les discussions afin de réaliser le projet dans les meilleurs délais.

L’Algérie, le Nigeria et le Niger ont signé un protocole d’accord pour la construction du gazoduc transsaharien. L’annonce a été faite hier par le ministre algérien de l’Énergie, Mohamed Arkab. En juin dernier, les trois pays ont convenu de relancer les discussions sur la construction de cette infrastructure à travers le Sahara. L’accord permettra donc de poursuivre les discussions afin de mener à bien le projet dans un bref délai, rapporte Reuters.

Une capacité de production de 30 milliards de mètres cube par an

Le coût du projet est estimé à 13 milliards $. Une fois construit, le gazoduc transsaharien pourra transporter jusqu’à 30 milliards de mètres cubes d’approvisionnement par an vers l’Europe. Le projet est long de plus de 4 000 kilomètres. L’infrastructure couvrira de Warri, au Nigeria, jusqu’à Hassi R’Mel, en Algérie. Elle sera connectée aux pipelines existants qui desservent l’Europe.

Lire aussi : Démarrage de la construction du gazoduc Nigeria-Algérie

L’infrastructure aidera l’Europe à diversifier ses sources d’approvisionnement en gaz naturel

Les trois pays relancent ce projet vieux de plus de quatre décennies à un moment où l’Union européenne cherche à se détourner du gaz russe suite à la guerre en Ukraine. La construction de ce gazoduc permettra à l’Europe de diversifier ses sources d’approvisionnement en gaz naturel. Le projet aidera également les pays africains à accéder à cette source d’énergie, ont déclaré les trois pays en juin dernier. Lors de leur précédente réunion, les trois pays ont mis en place un groupe de travail chargé d’actualiser l’étude de faisabilité du projet.

Lire aussi : L’Algérie, le Nigeria et le Niger relancent le projet de gazoduc transsaharien

À la une