L’autoroute Abidjan-Lagos obtient un financement de 15,5 milliards de dollars de la BAD

0
231
La BAD débloque 15,5 milliards de dollars pour le corridor Abidjan-Lagos.

Lors du Forum africain de l’investissement 2023, Akinwumi Adesina, Président de la Banque africaine de développement (BAD), a annoncé un financement de 15,5 milliards de dollars pour le corridor routier Abidjan-Lagos. Cet investissement stratégique vise à stimuler l’intégration régionale, le développement économique durable et le commerce en Afrique de l’Ouest.

Mercredi à Marrakech, au Maroc, lors des Journées du marché du Forum africain de l’investissement (FIA) 2023, Akinwumi Adesina, Président de la Banque africaine de développement (BAD), a fait une annonce importante. Il a révélé que le corridor routier Abidjan-Lagos avait obtenu un financement colossal de 15,5 milliards de dollars. Ce projet vise à transformer la région de l’Afrique de l’Ouest en accélérant l’intégration régionale et le développement économique durable.

Lire aussi : L’autoroute Abidjan-Lagos assurera 75 % des échanges commerciaux en Afrique de l’Ouest (BAD)

Nécessité d’accélération des investissements en infrastructures

Le FIA 2023, placé sous le thème « Débloquer les chaînes de valeur de l’Afrique », a été le cadre idéal pour cette annonce. Selon M. Adesina, ce corridor routier ne constitue qu’une pièce du puzzle de l’investissement en Afrique. Il a notamment souligné que d’autres projets avaient également obtenu des financements considérables. C’est le cas notamment du corridor ferroviaire d’Afrique de l’Est, reliant la Tanzanie, la République démocratique du Congo (RDC) et le Burundi, ayant bénéficié des investissements de 3,6 milliards de dollars.

Saisissant l’opportunité, M. Adesina a exhorté les investisseurs à saisir les opportunités en Afrique, soulignant que les économies du continent offrent des rendements ajustés au risque élevés. Elle a fait remarquer que le taux de défaut de paiement en Afrique était le plus bas au monde. Il s’élève seulement à 2,1 %, comparé à plus de 10 % en Europe de l’Est et plus de 8 % en Asie. De plus, le secteur du capital-investissement et du capital-risque en Afrique a connu une croissance significative. Le nombre de transactions s’est ainsi augmenté de 91 % depuis 2018, atteignant 404 en 2022.

Un avenir rayonnant pour l’investissement en Afrique

L’investissement en Afrique est clairement en plein essor, offrant des opportunités uniques aux investisseurs à la recherche de rendements solides. Lors de l’événement, Sa Majesté le roi Mohammed VI du Maroc a également souligné l’importance du projet de gazoduc Maroc-Nigeria. D’après lui, l’initiative s’inscrit dans le cadre de l’intégration économique régionale.

Le Forum africain de l’investissement (FIA) est devenu une plateforme incontournable pour les investisseurs et les gouvernements africains, facilitant des partenariats clés et des investissements essentiels pour le développement durable du continent. Avec des financements substantiels en vue, l’avenir de l’Afrique en tant que destination d’investissement prometteuse semble plus brillant que jamais.

Lire aussi : Afrique de l’Ouest : la BOAD et le GGGI s’engagent à coopérer en faveur…