Le Burkina Faso annonce un plan de riposte et d’assistance alimentaire de 376 millions $

0
805
Insécurité-alimentaire
Le Burkina Faso adopte un plan de riposte et d'assistance alimentaire, financé à plus de 376,4 millions $ au profit des personnes déplacées.

Le Burkina Faso a adopté un plan de riposte et d’assistance alimentaire financé à hauteur de plus de 376 millions $. Ce plan est une réponse urgente à la situation d’insécurité alimentaire des personnes vulnérables dans le pays.

Le gouvernement du Burkina Faso a adopté hier un plan de riposte et d’assistance alimentaire de 376,4 millions $. Le plan a été adopté lors du Conseil des ministres. Le plan sera financé par l’État du Burkina Faso, ses partenaires et les autorités locales, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo. Cette initiative permettra de soutenir les personnes vulnérables à la crise alimentaire actuelle.

Lire aussi : 554 millions € de l’UE pour assurer la sécurité alimentaire dans les régions du Sahel et du lac Tchad

Des fonds destinés aux personnes déplacées

Selon Lionel Bilgo, le plan de réponse et d’assistance alimentaire profitera aux personnes vulnérables, notamment les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les ménages qui les accueillent. Le projet soutiendra la production agricole et l’élevage. Le financement permettra de prévenir la malnutrition chez les enfants. Il facilitera la prise en charge des enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition et des femmes enceintes et allaitantes souffrant de malnutrition. En outre, le gouvernement prévoit d’utiliser une partie des fonds pour faciliter l’accès à l’eau potable, a déclaré Lionel Bilgo.

Les attaques terroristes dans le pays ont causé plus de 2 000 morts civils et militaires depuis 2015, selon les autorités burkinabés. En outre, plus de 1,8 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays ont été enregistrées.

Un important déficit céréalier

La situation alimentaire au Burkina Faso est actuellement « très difficile », selon le ministre de l’Agriculture, Innocent Kiba. La saison agricole précédente a été mauvaise en raison de la sécheresse, l’inondation et la réduction des terres cultivables due à l’insécurité, rapporte Anadolu Agency. Le pays accuse pour le moment un déficit céréalier de près de 539 000 tonnes. Ce déficit est le plus élevé que le pays ait enregistré au cours des 5 dernières années.

Lire aussi : Burkina Faso : 108 millions $ de la Banque Mondiale pour lutter contre l’insécurité alimentaire