Le Burundi et la Tanzanie veulent renforcer leurs échanges commerciaux grâce à la construction d’un chemin de fer

0
740
Déogratias Nsanganiyumwami, ministre des Infrastructures, de l’Equipement et du Logement Social, Burundi.

Le Burundi et la Tanzanie s’associent pour construire un chemin de fer qui reliera les deux pays. Cette infrastructure contribuera à l’ouverture des pays et facilitera les échanges commerciaux. 

Le Burundi et la Tanzanie ont lancé la construction d’un chemin de fer pour relier les deux pays. Le coût du projet est estimé à plus d’un milliard de dollars. Le projet contribuera au désenclavement du Burundi, affirme le ministre des Infrastructures, de l’Equipement et du Logement Social, Déogratias Nsanganiyumwami.

Le chemin de fer sera long de 280 km

Selon le ministre, les deux pays ont signé un accord pour lancer les travaux, qui dureront quatre ans. Le chemin de fer sera construit entre les régions d’Uvinza en Tanzanie, de Gitega et de Musongati (Burundi) à travers la rivière Maragarazi, rapporte le média Iwacu. « Les travaux seront effectués par une société internationale et les appels d’offres ont déjà été lancés », a déclaré Déogratias Nsanganiyumwami. Selon l’ambassadrice Jilly Elibakili Maleko, le chemin de fer sera construit sur 280 km.

Lire aussi: La Tanzanie et le Burundi signent un accord ferroviaire de 900 millions $

Renforcer les liens commerciaux des deux pays

Ce projet aura un impact économique pour les deux pays. En effet, selon le ministre burundais en charge des infrastructures, le chemin de fer désenclavera le Burundi. En outre, il facilitera l’exportation des ressources minières produites dans la ville de Musongati, rapporte Iwacu. Le projet contribuera à renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays.

Lire aussi : L’entreprise Yapi Merkezi construira une ligne de chemin de fer à 1,9 milliards $ en Tanzanie

Le Burundi et la Tanzanie ont également signé un accord pour la construction d’un port sec dans la région de Kuala en Tanzanie. Les deux pays prévoient d’installer cette infrastructure sur un terrain de 10 hectares. Selon Jilly Elibakili Maleko, ces deux projets permettront de réduire les coûts de stockage pour le transport des marchandises de la Tanzanie vers le Burundi.