fbpx
26 C
Cotonou
mardi 29, novembre 2022

Afrique subsaharienne : Le cancer a fait perdre 479 millions $ au Bénin et au Burkina Faso

À lire absolument

Les pertes générées par les décès liés au cancer sont colossales. Le Nigeria a réalisé un manque à gagner d’environ 5,9 milliards $ en 2019. Des dizaines de milliers d’enfants ont perdu la vie à cause d’une faible capacité de prise en charge des patients dans les pays africains.

Le président de la Commission d’oncologie Lancet pour l’Afrique subsaharienne, le professeur Wil Ngwa, est récemment revenu sur les dégâts causés par le cancer sur le continent noir. Il a présenté à Abuja, mercredi dernier, le rapport réalisé par son organisation sur l’état des lieux de cette maladie en Afrique. Le document intitulé : « Lancet Oncology Commission : Cancer in Subsaharian Africa », a été publié depuis mai 2022.

Lire aussi : Afrique subsaharienne : Le cancer tue plus que la tuberculose

Selon le professeur Ngwa, le cancer a tué plus de personnes en Afrique subsaharienne que la Covid-19 en 2021. Il a causé la mort de plus de 28 000 enfants en 2020. Les décès liés à cette maladie ont fait perdre au Bénin et au Burkina Faso, 209,2 millions $ et 270,6 millions $ en 2019. Le Nigeria et l’Angola ont quant à eux perdu 5,9 milliards $ et 1,2 milliard $ durant cette même année. D’ici 2030, le cancer tuera 1 million de personnes chaque année en Afrique subsaharienne si rien n’est fait.

LIRE AUSSI  Côte d'Ivoire : Lancement du lycée professionnel de formation aux métiers de l'agro-industrie

Les États doivent donc prendre les mesures idoines pour lutter dès maintenant contre le phénomène. Les services de suivi et de prise en charge des patients atteints de cancer doivent être renforcés. Le dépistage et la prévention doivent être améliorés et accessibles à tous. Les dirigeants doivent consacrer plus de ressources à la mise à niveau des systèmes sanitaires nationaux.

LIRE AUSSI  Le Rwanda veut planter 43 millions d’arbres pour lutter contre la désertification
Lire aussi : L’Afrique aura la moitié des cas de cancer infantile d’ici 2050

À la une