Le Cirad lance un projet pour réduire la fracture numérique dans le secteur agricole en Afrique de l’Ouest

0
871
Les données, qui seront récoltées pendant ce projet, permettront de renforcer la capacité des acteurs du numérique concernés à produire des outils et services numériques pertinents et adaptés aux capacités des agriculteurs et aux contraintes locales.

Le numérique est un levier de développement pour le secteur agricole, selon le Cirad. Le numérique peut rendre l’agriculture plus diversifiée, compétitive, inclusive et durable, affirme l’organisme français. Le projet fracture numérique devrait permettre d’analyser les facteurs qui freinent ou favorisent le développement du numérique dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest.

Le projet fracture numérique, coordonné par le Cirad, a été lancé au Bénin, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. L’objectif du projet est d’analyser les facteurs qui freinent ou favorisent le développement du numérique en agriculture. 

Comprendre les fractures numériques dans trois filières agricoles

Selon le Cirad, le projet a été lancé en novembre 2021. Il a pour but de comprendre les inégalités générées par les technologies numériques dans trois filières agricoles en Afrique de l’Ouest. Il s’agit du maraîchage au Bénin, de la collecte de lait au Sénégal et de la filière cacao en Côte d’Ivoire. Fracture numérique est financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Lire aussi: Les outils numériques peuvent être très bénéfiques pour les agriculteurs et le climat (CIMMYT)

Le projet prévoit de lancer des enquêtes de terrain pour mieux comprendre la fracture numérique dans le secteur agricole. Les enseignements tirés de ces enquêtes « seront alors restitués à travers des ateliers collectifs afin de renforcer la capacité des acteurs du numérique concernés à produire des outils et services numériques pertinents et adaptés aux capacités des agriculteurs et aux contraintes locales », précise Nicolas Paget, responsable de projet.

Des enquêtes de terrains en cours au Bénin, au Sénégal et en Côte d’Ivoire

Selon le Cirad, la plupart des acteurs de la filière maraîchère au Bénin disposent de leur propre réseau pour vendre leurs légumes. Cependant, les producteurs n’utilisent pas d’outils numériques spécifiques. Certains d’entre eux utilisent les réseaux sociaux pour vendre leurs produits. Ce projet prévoit de déterminer comment l’utilisation avancée du numérique peut améliorer la capacité des producteurs à accéder au marché, indique le Cirad. Il déterminera aussi comment les producteurs peuvent acquérir des connaissances et développer leurs réseaux grâce au numérique.

Lire aussi : Cameroun : 100 millions $ de la Banque mondiale pour inclure le numérique dans l’agriculture

Au Sénégal, le projet s’intéresse à la filière laitière dans le nord du pays, dans la zone sylvo-pastorale du Ferlo. Les agriculteurs associés à la Laiterie du Berger utilisent déjà des outils numériques. Ces outils servent pour la collecte du lait, les paiements et la vente d’aliments pour les vaches. Le projet permettra de comparer la situation de ces agriculteurs associés à la Laiterie du Berger avec ceux qui ne le sont pas, indique le CIRAD.

En Côte d’Ivoire, le projet permettra de savoir si le numérique renforce le pouvoir des multinationales qui achètent les fèves de cacao. Il s’agira également de déterminer si le numérique peut bénéficier aux petits agriculteurs de la filière.