Le Congo s’appuiera sur des données satellitaires pour surveiller ses forêts

0
691
Rosalie Matondo, Ministre de l'Économie forestière, Congo

La République du Congo lance un projet pour estimer la déforestation et la dégradation des forêts dans tout le pays. Le projet permettra de mesurer et de surveiller les forêts et l’utilisation des terres.

Le projet d’estimation de la déforestation et de la dégradation des forêts a été lancé hier en République du Congo. Cette initiative utilisera les données satellitaires SEPAL pour mesurer, surveiller et rendre compte de l’état des forêts. Le projet permettra également de surveiller l’utilisation des terres. SEPAL est un outil géo-spatial de la FAO.

Lire aussi: COP 26 : 100 pays s’engagent aujourd’hui à mettre fin à la déforestation d’ici 2030

Le projet sera mis en œuvre sur plusieurs années. Il fournit aux pays ayant un accès inégal aux données satellitaires granulaires et à une super puissance de calcul, rapporte Adiac Congo. Il améliore la précision et la transparence des plans nationaux, favorisant l’atténuation du changement climatique. Le projet ambitionne de lutter contre la déforestation.

Lutte contre la déforestation

L’outil Sepal aidera le Congo à suivre les émissions dans le cadre du Programme de réduction des émissions dans les départements de Sangha et Likouala. Selon la ministre de l’Économie forestière, Rosalie Matondo, « La forêt congolaise n’échappe pas au processus de recul de sa superficie ». Pourtant, le taux de déforestation au Congo est estimé à 0,06%. La superficie diminue en raison des activités humaines autour des bassins et des trafics illégaux.

Lire aussi : Congo : Total veut planter 40 millions d’arbres avant la fin de la décennie

Le projet s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement pour réduire la déforestation et la dégradation des forêts. Il permettra de « diminuer l’impact des activités anthropiques sur les forêts et à minimiser leurs effets sur l’environnement en général », explique Rosalie Matondo. Le projet permettra de surveiller l’évolution de la couverture forestière. Il renforcera le contrôle environnemental et social des activités dans la forêt.