Le FMI annonce un décaissement de 244 millions $ en faveur du Kenya

0
599
FMI
Le FMI approuvera prochainement un financement de 244 millions $ en faveur du Kenya au titre du MEDC et de la FEC.

Le Fonds monétaire international a annoncé hier l’approbation de près de 244 millions $ en faveur du Kenya. Ce décaissement portera à 1,18 milliard $ le financement au titre du mécanisme élargi de crédit et de la facilité de crédit élargie. Ces fonds entrent dans le cadre des accords triennaux de 2,34 milliards $ du Kenya approuvés en avril 2021.

Le Fonds monétaire international (FMI) approuvera prochainement un financement de 244 millions $ en faveur du Kenya. Ce financement porte sur la troisième revue du programme économique du Kenya dans le cadre des accords du mécanisme élargi de crédit MEDC et de la facilité de crédit élargie (FEC). Ce versement portera le total des décaissements en faveur du Kenya à environ 1,18 milliard $. Il fait partie des accords triennaux de 2,34 milliards $ approuvés en avril 2021.

Lire aussi : Kenya Airways restructurera sa dette après l’échec du projet de nationalisation

Une croissance estimée à 5,7% en 2022

Selon le FMI, l’économie Kényane se montre résiliente. Le pays devrait connaître une croissance de 5,7% en 2022, selon les prévisions de l’institution. « Les perspectives à moyen terme restent favorables, soutenues par les efforts de réforme proactifs du Kenya, même si elles sont sujettes à des incertitudes », indique un communiqué du FMI.

Le pays pourrait atteindre ses objectifs budgétaires et réduire sa dette, soutient le FMI. Les importantes mesures de politique fiscale prises dans le cadre du plan pluriannuel du Kenya et les bonnes performances des recettes fiscales cette année ont permis d’améliorer la situation budgétaire du Kenya. Ces performances permettent au pays de réduire l’impact de la forte hausse des prix mondiaux de l’énergie et des engrais sur les ménages et les entreprises. Le budget de l’exercice 2022-2023 poursuit les efforts des autorités pour élargir la mobilisation des recettes fiscales. Ce budget devrait contribuer au maintien du contrôle rigoureux des dépenses tout en protégeant les dépenses sociales prioritaires.

Hausse de l’inflation due à la crise ukrainienne

Selon le FMI, la guerre en Ukraine pourrait entrainer une hausse temporaire de l’inflation. Toutefois, la Banque centrale du Kenya (CBK) envisage de prendre les mesures appropriées pour contenir les effets de la hausse des prix mondiaux sur l’inflation. « La flexibilité du taux de change a bien servi le Kenya et devrait continuer à être un amortisseur qui aidera à atténuer l’impact de ces chocs externes », indique le FMI. De plus, le Kenya progresse dans son programme de gouvernance et de lutte contre la corruption, indique l’institution. Le FMI préconise de maintenir la dynamique des réformes pour soutenir les entreprises publiques en difficulté financière.

Lire aussi : Le FMI décaisse 258,1 millions $ au Kenya pour soutenir sa riposte à la Covid-19 ( )