fbpx
26.3 C
Cotonou
lundi 6, février 2023

Le G20 accepte de restructurer la dette extérieure du Ghana

À lire absolument

Fidèle DJIMADJA
Journaliste de formation, spécialisé sur les questions de développement en Afrique. Écrivain, auteur de romans. Passionné du football.

Les autorités ghanéennes ont demandé à rejoindre le cadre-commun du G20 la semaine dernière. Elles doivent restructurer la dette publique pour bénéficier d’un programme de 3 milliards $ du FMI.

Le Ghana est devenu depuis hier, le 4e pays à avoir rejoint le cadre-commun du G20. Tous les Etats membres du groupe ont accepté d’aider la nation ouest-africaine à restructurer sa dette extérieure de plus de 28 milliards $. Les membres du Club de Paris ont promis de constituer le comité des créanciers le plus vite possible. 

Lire aussi : Le Ghana, prochain adhérent au Cadre commun du G20 ?

Le Ghana veut restructurer sa dette publique au plus vite pour bénéficier d’un programme de 3 milliards $ du Fonds monétaire international (FMI). Cette aide lui permettra de sortir de sa crise économique qui l’empêche actuellement d’aller sur le marché financier international. Le Ghana souhaite cependant éviter le retard observé dans le processus de restructuration de dette. 

vers une décision rapide

La Zambie, le Tchad et l’Ethiopie ont été les premiers à rejoindre le cadre-commun du G20 depuis 2021. Il a fallu attendre novembre 2022 pour que le Tchad parvienne à un accord avec ses créanciers pour la restructuration de sa dette. Les deux autres pays sont toujours en attente. Un responsable du Club de Paris a toutefois confié à Reuters, sous anonymat, que le cas du Ghana sera vite traité pour lui permettre d’entrer en possession du financement du FMI. 

Lire aussi : Ghana : le cedi classé deuxième monnaie la moins performante d’Afrique en 2022

Fidèle DJIMADJA

À la une

Fidèle DJIMADJA